Lou - Version Originale

Lou, la blondinette de la bande

8,50 €

Moko - Version Originale

Ready for the battle

8,50 €

Molly - Version Originale

La première fille Muttpop est jolie et fière, comme nous quoi !

37,00 €

Molly - Version Xtra Spicy Twilight

Molly dans une version inspirée par l'animation japonaise

40,00 €

Tequila - Version Originale 2.0

Il revient et il n'est toujours pas content

55,00 €

Show and Tell - le blog de Jerry Frissen

Le Blog de Jerry Frissen

Retrouvez le blog de Jerry sur le site de Muttpop : www.muttpop.com

Liste des billets

Éloge du patriotisme

vendredi 11 novembre 2011

Robert Heinlein est un de mes écrivains préférés. Il est né en 1907 et mort en 1988. Avant de devenir d’écrivain, il a fait une première carrière dans la marine. Il a dû quitter l’armée en 1934 pour des raisons de santé. En 1973, il est revenu dans la base navale dans laquelle il avait fait ses études pour y faire un discours pour les jeunes recrues. C’était au moment de la guerre du Vietnam, époque culturellement troublée s’il en est. C’est un texte qui parle de patriotisme, de morale, de courage, de civilisation et de notre position en tant qu’être humain. Et comme tout ce qu’il a écrit, ça me remue les entrailles. Voici le lien pour le texte complet –en anglais– qui vaut la peine d’être lu jusqu’au bout, même si ça ne va pas plaire à mes amis socialistes. En voici les trois derniers paragraphes:

In my home town sixty years ago when I was a child, my mother and father used to take me and my brothers and sisters out to Swope Park on Sunday afternoons. It was a wonderful place for kids, with picnic grounds and lakes and a zoo. But a railroad line cut straight through it.
One Sunday afternoon a young married couple were crossing these tracks. She apparently did not watch her step, for she managed to catch her foot in the frog of a switch to a siding and could not pull it free. Her husband stopped to help her. But try as they might they could not get her foot loose. While they were working at it, a tramp showed up, walking the ties. He joined the husband in trying to pull the young woman's foot loose. No luck.
Out of sight around the curve a train whistled. Perhaps there would have been time to run and flag it down, perhaps not. In any case both men went right ahead trying to pull her free... and the train hit them. The wife was killed, the husband was mortally injured and died later, the tramp was killed - and testimony showed that neither man made the slightest effort to save himself. The husband's behavior was heroic... but what we expect of a husband toward his wife: his right, and his proud privilege, to die for his woman. But what of this nameless stranger? Up to the very last second he could have jumped clear. He did not. He was still trying to save this woman he had never seen before in his life, right up to the very instant the train killed him. And that's all we'll ever know about him.
THIS is how a man dies. This is how a MAN... lives!

Eloge-du-patriotisme_defaultbody

Commentaires (7) Tags : Robert A. Heinlein

L'Âge des étoiles

mardi 13 avril 2010

Je suis retombé là-dessus récemment, il s'agit d'une collection de livres de SF pour ados, L'ÂGE DES ÉTOILES, publié par ROBERT LAFFONT qui doit dater du début des années 80. Il y avait quelques bons livres comme ceux de Robert Heinlein. Les couvertures étaient très belles et faites par des auteurs de BD de l'époque, Mézières, Mœbius, Druillet, Tardi, Clerc, etc. Je ne crois pas qu'il y ait eu plus d'une dizaine de livres dans cette collection.

L-A-ge-des-e-toiles_defaultbody
L-A-ge-des-e-toiles_1_defaultbody
L-A-ge-des-e-toiles_2_defaultbody
L-A-ge-des-e-toiles_3_defaultbody

Commentaires (4) Tags : Science-Fiction - Robert A. Heinlein - Mézières - Moebius - Philippe Druillet

Jacques Martin

dimanche 24 janvier 2010

Vous savez sûrement que Jacques Martin, le créateur d'ALIX est mort cette semaine. En lisant un article sur sa mort, j'ai trouvé un lien pour un autre article où l'auteur accuse Jacques Martin d'avoir été un collabo parce qu'il a travaillé pour un magazine publié par le régime de Vichy pendant la seconde guerre mondiale. L'article, à grand renfort de photos de Pétain et d'Hitler l'accuse sans donner d'ailleurs le moindre fait concret. La seule chose qui semble claire, c'est qu'il ait bien mangé pendant la guerre... Je ne connais rien à la vie privée de Jacques Martin et je ne savais même pas à quoi il ressemblait. Peut-être qu'effectivement c'était un ignoble individu, je n'en ai aucune idée et ce n'est pas cet article qui va m'apprendre quoi que ce soit sur lui. Mais ce qui me fait tiquer, c'est le début de l'article, pour l'auteur, les opinions de Martin en ont fait un très mauvais auteur, je cite: "Si depuis, d’album médiocre en album plus médiocre encore, le personnage de Martin est devenu une sorte d’Alix l’insipide, il n’en traîne pas moins une idéologie de collaboration avec l’occupant et un choix délibéré pour le plus fort, Caius Iulius [sic] Caesar". Ce genre de phrase m'énerve. Premièrement, parce que je pense que Martin était un très grand auteur, certains ALIX sont à mon humble avis des chefs d'œuvres, IORIX LE GRAND, LE DERNIER SPARTIATE ou LE DIEU SAUVAGE par exemple. Martin a été un des premiers auteurs à faire de la bande dessinée pour adultes. C'était violent, épique, malsain, beau, ultime, etc. Mais ce qui m'énerve le plus dans tout ça, c'est cette idée que les "bons" artistes sont ceux qui sont humanistes. Quelle connerie. Les exemples de grands artistes à l'idéologie "douteuse" sont légions, James Ellroy, Clint Eastwood, Robert Heinlein, Dennis Hopper, etc. Quand Bukowski donnait des coups de pieds à sa femme à la télé, est-ce que ça l'empêchait d'écrire d'incroyables poèmes? Edward Bunker a écrit des livres hallucinants, il a pourtant attaqué une banque –entre autre. Est-ce que le talent de Steve McQueen a été affecté par ses opinions conservatrices et son support pour la guerre du Vietnam? Bref... Encore une fois, je ne sais rien de la vie privée de Jacques Martin, mais quoi qu'il en soit, c'était un très grand artiste.

Jacques-Martin_defaultbody

Commentaires (8) Tags : RIP - Robert A. Heinlein - Jacques Martin

Anarchisme Rationnel

mercredi 6 janvier 2010

J’adore Robert Heinlein. Il est au somment de mon panthéon personnel. J’aime autant son travail que le personnage. Il a écrit des chef d’oeuvres de science-fiction comme CITIZEN OF THE GALAXY (STARSHIP TROPPERS), FARMER IN THE SKY (POMMIERS DANS LE CIEL) ou THE MOON IS A HARSH MISTRESS (RÉVOLTE SUR LA LUNE). S’il a toujours eu beaucoup de succès, il a aussi été beaucoup critiqué. Il a été accusé d’être un fasciste, une militariste ou un communiste –allez comprendre. Pourtant, j’ai toujours eu l’impression qu’il était assez constant dans ses prises de positions politiques, il a je crois toujours été un libertaire. Dans THE MOON IS A HARSH MISTRESS il invente même un terme politique qui m’a toujours beaucoup plu: “l’anarchiste rationnel” et en donne cette définition –que je laisse en anglais, sorry– : "Rational Anarchists" believe that the concepts of State, Society and Government have no existence but for the "acts of self-responsible individuals". The Rational part of the term Rational Anarchist comes from the acknowledgment that other people do not believe in Rational Anarchism and/or Anarchism itself. Further, the desire for anarchy is balanced by the logic that some form of government is needed, despite its flaws. Knowing this fact, a Rational Anarchist "tries to live perfectly in an imperfect world". Et plus tard, un des personnage ajoute: "I am free, no matter what rules surround me. If I find them tolerable, I tolerate them; if I find them too obnoxious, I break them. I am free, because I know that I alone am morally responsible for everything that I do." Il considèrait Thomas Jefferson –le troisième président des USA– comme le premier anarchiste rationnel. Voilà de quoi méditer. Robert Heinlein est mort en 1988, il avait 80 ans.

Anarchisme-Rationnel_defaultbody

Commentaires (3) Tags : Bons Goûts - Science-Fiction - Robert A. Heinlein

Partager