×

Lou - Version Originale

Lou, la blondinette de la bande

8,50 €

Moko - Version Originale

Ready for the battle

8,50 €

Molly - Version Originale

La première fille Muttpop est jolie et fière, comme nous quoi !

37,00 €

Molly - Version Xtra Spicy Twilight

Molly dans une version inspirée par l'animation japonaise

40,00 €

Tequila - Version Originale 2.0

Il revient et il n'est toujours pas content

55,00 €

Show and Tell - le blog de Jerry Frissen

Le Blog de Jerry Frissen

Retrouvez le blog de Jerry sur le site de Muttpop : www.muttpop.com

Liste des billets

Raumschiff Venus Antwortet Nichtv

samedi 30 janvier 2010

Les gars, si vous voulez un bon truc pour draguer, emmenez votre copine voir un film de science-fiction est-allemand. Non seulement, vous allez l’épater par votre érudition mais en plus elle sera sous le charme du son hypnotique de l’allemand. RAUMSCHIFF VENUS ANTWORTET NICHT –LE PREMIER VAISSEAU SPACIAL POUR VÉNUS– est un film que le Professor Kurt Maetzig (!) a réalisé en 1960 –dans les légendaires studios DEFA. Comme c’est tiré d’un roman de Stanislas Lem, c’est plus agréable que IM STAUB DER STERNE, le film précédent. C’est aussi beaucoup plus beau et ça me donne envie d’aller faire un tours sur Vénus. C’est l’histoire d’un vaisseau spatial international (comprenez avec des représentants des pays communistes), le KOSMOKRATOR qui part sur Vénus à la recherche de ses habitants... Je ne vous en dis pas plus vu que vous allez sûrement essayer de vous procurer ce film.

Raumschiff-Venus-Antwortet-Nichtv_defaultbody
Raumschiff-Venus-Antwortet-Nichtv_1_defaultbody
Raumschiff-Venus-Antwortet-Nichtv_2_defaultbody
Raumschiff-Venus-Antwortet-Nichtv_3_defaultbody
Raumschiff-Venus-Antwortet-Nichtv_4_defaultbody
Raumschiff-Venus-Antwortet-Nichtv_5_defaultbody

Commentaires (3) Tags : Bons Goûts - Science-Fiction - Film

Im Staub der Sterne

jeudi 28 janvier 2010

Hier soir j’ai vu un film assez mystérieux, IM STAUB DER STERNE –DANS LA POUSSIÈRE DES ÉTOILES– un film est-allemand, réalisé par Gottfried Kolditz en 1976 dans les légendaires studios DEFA –dont je n’avais jamais entendu parler, mais qui je pense étaient un grand terrain vague à la sortie de Berlin. Si vous voulez voir un vrai film de science fiction, je vous le conseille. On dirait que c’est un film qui vient d’une autre planète. Ce qui est un peu le cas en fait, puisque c’est de la science-fiction de derrière le rideau de fer. L’écriture est vraiment bizarre, c’est fait avec un sérieux incroyable et les personnages ont des réactions absurdes, comme la première fois où les terriens rencontrent des extra-terrestres et qu’ils se mettent à rire de bon coeur parce qu’ils les trouvent un peu ridicules. Les costumes et les coupes de cheveux donnent l’impression que les membres d’ABBA sont devenus les maîtres de l’univers. Tout le film a une esthétique minitel et avec les effets sonores et les voix allemandes, on se croirait dans un –très- long clip de KRAFTWERK. Il y a aussi un peu d’érotisme décadent et pas mal de scènes de danse. Le meilleur moment c’est quand ils sont invités à manger chez les extraterrestres. Je pensais qu’on leur servait des sushis en métal mais en fait ce n’était que de la nourriture en aérosol. Un des terriens choisis un aérosol rouge. Ce qui fait beaucoup rire les extraterrestres parce que c’est le plus épicé. Le film a un semblant de message communiste qui se perd dans les méandres du scénario.

Im-Staub-der-Sterne_defaultbody
Im-Staub-der-Sterne_1_defaultbody
Im-Staub-der-Sterne_2_defaultbody
Im-Staub-der-Sterne_3_defaultbody
Im-Staub-der-Sterne_4_defaultbody
Im-Staub-der-Sterne_5_defaultbody

Commentaires (11) Tags : Zone Z - Film

The Rise and Fall of Los Angeles

mardi 26 janvier 2010

Un autre travail fantastique de Sandow Birk, THE RISE AND FALL OF LOS ANGELES, une série de cinq tableaux qui suit l’évolution de la civilisation occidentale de la préhistoire au futur. Le décor étant toujours le même, le bassin de Los Angeles et les collines d’Hollywood.

The-Rise-and-Fall-of-Los-Angeles_defaultbody
The-Rise-and-Fall-of-Los-Angeles_1_defaultbody
The-Rise-and-Fall-of-Los-Angeles_2_defaultbody
The-Rise-and-Fall-of-Los-Angeles_3_defaultbody
The-Rise-and-Fall-of-Los-Angeles_4_defaultbody

Commentaires (3) Tags : Bons Goûts - Peinture - Sandow Birk

In Smog and Thunder

mardi 26 janvier 2010

Il y a déjà dix ans, Sandow Birk, un peintre californien a fait une expo grandiose au Laguna Art Museum au sud de LA, IN SMOG AND THUNDER, HISTORICAL WORKS FROM THE GREAT WAR OF THE CALIFORNIAS. En s’inspirant des peintures de la guerre civile, il y retraçait en 120 tableaux une guerre fictive entre le sud et le nord de la Californie. C’est une merveille d’humour et de réflexion. C’est évidemment plus drôle quand on vit ici mais malgré tout, ça n’en reste pas moins un travail extraordinaire. Il en existe un livre, accompagné d’un cd qui raconte la guerre en détails.

In-Smog-and-Thunder_defaultbody
In-Smog-and-Thunder_1_defaultbody
In-Smog-and-Thunder_2_defaultbody
In-Smog-and-Thunder_3_defaultbody
In-Smog-and-Thunder_4_defaultbody
In-Smog-and-Thunder_5_defaultbody

Commentaires (6) Tags : Bons Goûts - Americana - Peinture - Sandow Birk

Jacques Martin

dimanche 24 janvier 2010

Vous savez sûrement que Jacques Martin, le créateur d'ALIX est mort cette semaine. En lisant un article sur sa mort, j'ai trouvé un lien pour un autre article où l'auteur accuse Jacques Martin d'avoir été un collabo parce qu'il a travaillé pour un magazine publié par le régime de Vichy pendant la seconde guerre mondiale. L'article, à grand renfort de photos de Pétain et d'Hitler l'accuse sans donner d'ailleurs le moindre fait concret. La seule chose qui semble claire, c'est qu'il ait bien mangé pendant la guerre... Je ne connais rien à la vie privée de Jacques Martin et je ne savais même pas à quoi il ressemblait. Peut-être qu'effectivement c'était un ignoble individu, je n'en ai aucune idée et ce n'est pas cet article qui va m'apprendre quoi que ce soit sur lui. Mais ce qui me fait tiquer, c'est le début de l'article, pour l'auteur, les opinions de Martin en ont fait un très mauvais auteur, je cite: "Si depuis, d’album médiocre en album plus médiocre encore, le personnage de Martin est devenu une sorte d’Alix l’insipide, il n’en traîne pas moins une idéologie de collaboration avec l’occupant et un choix délibéré pour le plus fort, Caius Iulius [sic] Caesar". Ce genre de phrase m'énerve. Premièrement, parce que je pense que Martin était un très grand auteur, certains ALIX sont à mon humble avis des chefs d'œuvres, IORIX LE GRAND, LE DERNIER SPARTIATE ou LE DIEU SAUVAGE par exemple. Martin a été un des premiers auteurs à faire de la bande dessinée pour adultes. C'était violent, épique, malsain, beau, ultime, etc. Mais ce qui m'énerve le plus dans tout ça, c'est cette idée que les "bons" artistes sont ceux qui sont humanistes. Quelle connerie. Les exemples de grands artistes à l'idéologie "douteuse" sont légions, James Ellroy, Clint Eastwood, Robert Heinlein, Dennis Hopper, etc. Quand Bukowski donnait des coups de pieds à sa femme à la télé, est-ce que ça l'empêchait d'écrire d'incroyables poèmes? Edward Bunker a écrit des livres hallucinants, il a pourtant attaqué une banque –entre autre. Est-ce que le talent de Steve McQueen a été affecté par ses opinions conservatrices et son support pour la guerre du Vietnam? Bref... Encore une fois, je ne sais rien de la vie privée de Jacques Martin, mais quoi qu'il en soit, c'était un très grand artiste.

Jacques-Martin_defaultbody

Commentaires (8) Tags : RIP - Robert A. Heinlein - Jacques Martin

Doctor Steel

jeudi 21 janvier 2010

Voici la première image de DOCTOR STEEL, un projet que j’ai signé chez SOLEIL. C’est l’incroyable Sean Galloway qui se tape les dessins. Et comme il n’habite pas loin de chez moi –c’est une première– je peux être sur son dos en permanence. Le pauvre... Le premier album aura en plus de l’histoire principale, deux histoires courtes dessinées par deux autres dessinateurs, mais je parlerai de ça plus tard. DOCTOR STEEL est un hommage que je rends aux pulps et aux romans de science-fiction des années trente/quarante. L’histoire commence en Egypte, en 1931, dix ans après la fin de la première guerre mondiale et la victoire de l’Allemagne. Le premier album sort cette année.

Doctor-Steel_defaultbody

Commentaires (16) Tags : Autres Projets - Doctor Steel

LA River

mercredi 20 janvier 2010

La LA River est un endroit fascinant. Ce n’est en fait pas une rivière, mais un canal d'irrigation qui traverse la ville et qui évacue l’eau de pluie vers la mer. C’est donc en béton. Pourtant au fil des années, le fond s’est recouvert de terre –et d’autres saletés– et des arbres y poussent. Vu le climat, c’est en général à sec, sauf de temps en temps en hiver, comme aujourd’hui entre deux tempêtes. Alors, la LA River se rempli et donne ce paysage d’apocalypse.

EDIT: On me signale ceci: "I beg to differ. The L.A. River is a river and originally was a river with muddy banks. The cement that you see today was the solution long ago to help control flooding. We now regret that the city cemented it back then, and there are attempts to make it an attractive river like a park again, especially in areas of the valley. I don't know where that project is since we've had such budget woes."

LA-River_defaultbody
LA-River_1_defaultbody
LA-River_2_defaultbody
LA-River_3_defaultbody
LA-River_4_defaultbody
LA-River_5_defaultbody

Commentaires (7) Tags : Americana

Les Billets du Dr. Destruction 3

lundi 18 janvier 2010

Au sud de la Loire se trouve un pays honteux qui, telle une verrue sur le pied de Marianne, nargue notre grande Nation. Vous avez probablement deviné grâce à vos connaissances géographiques que c’est de la Belgique dont je parle. La Belgique... Là où les gens ont la frite mesquine et la bière mauvaise. Mais, je dois l’avouer, ma haine de ce pays n’est pas que lié à la désacralisation permanente de notre prodigieux langage qui sévit là-bas. C’est également lié à une défaite personnelle... Derrière tout grand homme gît un secret, voici le mien. Alors que j’étais encore un jeune superhumain, envoyé en Belgique pour une mission secrète, j’ai connu l’Amour. C’est une héroïne belge, Blanche de Hoegaerden, qui a pris la virginité qui était destinée à Yvette, une jeune Française sur qui j’avais jeté mon dévolu. Des années plus tard, alors que j’ai pourtant abreuvé de mon sperme glorieux de multiples sillons, je pense toujours à Blanche. Ses cheveux blonds bouclés, ses gros yeux vitreux, ses cuisses redoutables, son postérieur puissant et ses râles de bière sont à jamais gravés dans ma mémoire. La correction que m’a infligé son père aussi d’ailleurs. Le Capitaine Jupiler n’y allait pas de main morte lorsqu’il s’agissait de l’honneur de sa fille.

Les-Billets-du-Dr-Destruction-3_defaultbody

Commentaires (2) Tags : Les Billets du Dr. Destruction