×

Lou - Version Originale

Lou, la blondinette de la bande

8,50 €

Moko - Version Originale

Ready for the battle

8,50 €

Molly - Version Originale

La première fille Muttpop est jolie et fière, comme nous quoi !

37,00 €

Molly - Version Xtra Spicy Twilight

Molly dans une version inspirée par l'animation japonaise

40,00 €

Tequila - Version Originale 2.0

Il revient et il n'est toujours pas content

55,00 €

Show and Tell - le blog de Jerry Frissen

Le Blog de Jerry Frissen

Retrouvez le blog de Jerry sur le site de Muttpop : www.muttpop.com

Liste des billets

Dennis Hopper

lundi 31 mai 2010

Vous savez sûrement que Dennis Hopper est mort il y a deux jours. Il y a une quinzaine d’années, j’étais allé l’écouter lors d’un festival du cinéma quelconque à Bruxelles. Il était très drôle mais le truc le plus marrant –et intéressant– était la différence culturelle entre les deux personnes qui l’interviewaient et Dennis Hopper. C’était un bel exemple de choc culturel entre le premier degré américain et le second degré européen. Je me souviens particulièrement de deux questions qu’on lui posait à propos de COLORS. La première était sur le choix de Sean Penn. On lui demandait pourquoi il l’avait choisi? Si c’était à cause de ses rôles précédents? À cause de ce qu’il dégageait comme présence, etc. Dennis Hopper a eu l’air surpris et a répondu qu’il avait besoin de quelqu’un pour jouer un flic et qu’il trouvait que Sean Penn avait une gueule de flic. La seconde question était sur la façon dont il avait travaillé avec Sean Penn. Comment avait-il préparé le rôle avec lui? Avait-il donné des explications sur le passé du personnage? Sur son caractère, ses goûts, sa vie en dehors du film etc. La réponse de Hopper était on ne peut plus simple, il a donné le script à Sean Penn et lors du tournage, il lui expliquait ce qu’il avait à faire “Fous-lui ton poing dans la gueule.” Ou “Saute par la fenêtre." Bref, une parfaite illustration de ce fossé culturel qui ne fait que se creuser entre l’Europe et les États-Unis.

Dennis-Hopper_1_defaultbody

Commentaires (17) Tags : RIP

Rien

dimanche 30 mai 2010

Hier, je suis allé faire un tour dans les montagnes. Il n’y avait rien, c’était bien. J’ai quand même réussi un splendide autoportrait –photo 2.

Rien_defaultbody
Rien_1_defaultbody
Rien_2_defaultbody
Rien_3_defaultbody
Rien_4_defaultbody
Rien_5_defaultbody

Commentaires (5) Tags : Vie Privée - Americana - Vue Privée

Oktoberfest

vendredi 28 mai 2010

En fouillant dans ce vieil album de photos familial, j’ai trouvé ces images. Elles ont été prises en 1938 en Allemagne. Je n’ai aucune idée de ce que c’était que cet évènement, une compétition de natation sans doute, mais on peut y voir le sympathique drapeau nazi sur le plongeoir. C’est con que je n’ai pas eu l’occasion de parler de ça avec mon grand-père. Tout ce que je peux faire maintenant, c’est imaginer. Et je pense qu’il était en Allemagne pour essayer d’assassiner Hitler.

Oktoberfest_defaultbody
Oktoberfest_1_defaultbody
Oktoberfest_2_defaultbody
Oktoberfest_3_defaultbody

Commentaires (7) Tags : Vie Privée

The Frissens

jeudi 27 mai 2010

Sur cette merveilleuse photo, vous pouvez admirer mon arrière grand-père, Ernest, et mon grand-père, Georges, en août 1931 juste avant de s'envoler pour Leipzig. Je ne suis pas très au courant de l’histoire familiale, mais je sais qu’ils avaient une entreprise d’import-export qui marchait très bien et que comme ils bossaient principalement avec l’Allemagne, ils ont perdu tout ce qu’ils avaient durant la guerre. Mon héritage consiste d’ailleurs uniquement en cette photo et quelques autres. Quoi qu’en regardant cette image, je me dis qu’ils m’ont quand même légué la classe internationale de capitaine d’industrie qui coule fièrement dans mes veines. Et puis, j’aime bien la tête de mon arrière grand-père –que je n’ai jamais connu– il a l’air bien méchant, une des traditions familiales chez les Frissen.

The-Frissens_defaultbody

Commentaires (6) Tags : Vie Privée

Wilson

jeudi 27 mai 2010

Comme j’ai des goûts exquis en matière de bande-dessinée, je n'achète que des chef d’oeuvres. Voici WILSON de Dan Clowes. C’est une merveille comme il y en a trop peu. C’est une suite de gags en une page –comme un TITEUF– mais qui forment une seule histoire. Celle de Wilson, un personnage sordide et aigri qui n’aime que son chien et qui va rendre visite à son père qui est en train mourir. Il en profite pour aller voir son ex-femme dont il apprend qu’il a une fille de seize ans. C’est sinistre et déprimant mais raconté avec des gags... Je ne crois pas que j’avais déjà lu quelque chose comme ça. Si vous ne parlez pas l’anglais, WILSON sort en français chez CORNELIUS.

Wilson_defaultbody
Wilson_1_defaultbody
Wilson_2_defaultbody
Wilson_3_defaultbody

Commentaires (4) Tags : Les bandes dessinées des autres

La pire famille du monde

mercredi 26 mai 2010

De ce côté-ci de l’atlantique, nous avons quelque chose de formidable qui s’appelle freedom of speech. Pourtant, parfois, j’aimerais qu’il y ait un jour quelqu’un pour fermer la gueule de Fred Phelps et de sa famille de dégénérés. Cette famille est connue sous le nom de THE MOST HATED FAMILY IN AMERICA, c’est d’ailleurs le titre du documentaire qui leur est consacré. Fred Phelps est le pasteur d’un petite église du Kansas, la Westboro Baptist Church, qui compte une centaine de membres –quasi tous de sa propre famille. Plus qu’une église, c’est plutôt un groupement anti-homosexuel. Selon eux, tout ce qui ne va pas aux USA est une punition de dieu car la société américaine tolère les homosexuels et dieu, il aime pas ça. Et encore, je ne devrais pas dire homosexuels puisqu’ils refusent des les appeler autrement que fags –qui pourrait se traduire par “sales pédés” ou quelque chose comme ça. Leur activité principale est de faire le tour des USA des enterrements de soldats morts en Irak et en Afghanistan pour célébrer leur mort puisqu’elle est l’oeuvre de la punition de dieu. Un journaliste anglais les a suivit quelques temps et en a ramené un reportage fascinant. On dirait un film d’horreur. Ce qu’ils font d'ailleurs à leurs enfants est absolument répugnant. C’est une famille de malades mentaux d’une agressivité rarement vue, on dirait un peu celle de TEXAS CHAINSAW MASSACRE en plus méchant. Le documentaire complet –ou presque– est sur youtube et ça vaut vraiment la peine de le regarder. Il y a pourtant un truc que le journaliste ne relève pas et qui me semble évident, c’est qu’ils ont tous la même gueule. Je ne sais pas combien de générations consanguines il a fallu pour atteindre une telle dégénérescence mais ça doit être impressionnant.

La-pire-famille-du-monde_defaultbody

Commentaires (14) Tags : Film - Défouloir

Zdenek Burian 2

lundi 24 mai 2010

Zdenek Burian bis parce qu’il le mérite. Voici quelques images en noir et blanc. Je les trouve encore plus dramatiques que celles en couleurs, et ,puisqu’il semble que ce soit scientifiquement pertinent, encore plus terrifiantes. Merde, s’il a vraiment fait 20 000 illustrations, comment ça se fait que je n’ai pas un original?

Zdenek-Burian-2_defaultbody
Zdenek-Burian-2_1_defaultbody
Zdenek-Burian-2_2_defaultbody
Zdenek-Burian-2_3_defaultbody
Zdenek-Burian-2_4_defaultbody
Zdenek-Burian-2_5_defaultbody

Commentaires (2) Tags : illustration - Paléo Art - Zdenek Burian

Zdenek Burian

dimanche 23 mai 2010

Mon truc le plus geek? Je collectionne les livres de Zdenek Burian C’est un illustrateur Tchèque né en 1905 et mort en 1981. Ce type était une véritable machine à peindre. Il a fait pas loin de 20 000 illustrations, 500 livres et 600 couvertures de livres. Il a fait pas mal de fiction, mais ce qui lui a donné la reconnaissance, ce sont ces illustrations préhistoriques. Il est autant respecté comme illustrateur que comme paléontologue. Même si, avec le temps et les découvertes récentes, la valeur scientifique de son travail diminue, il reste un des pionniers et le plus respecté des paléoartistes.

Zdenek-Burian_defaultbody
Zdenek-Burian_1_defaultbody
Zdenek-Burian_2_defaultbody
Zdenek-Burian_3_defaultbody
Zdenek-Burian_4_defaultbody
Zdenek-Burian_5_defaultbody

Commentaires (9) Tags : illustration - Paléo Art - Zdenek Burian