Autoroute Sauvage T3

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Interview Cossu -Sentenac

mercredi 25 février 2015

Brice Cossu et Alexis Sentenac sont les dessinateurs de Carthago Adventures : Aipaloovik, en librairie depuis le 18 février dernier. À cette occasion, nous leur avons posé quelques questions, auxquelles ils ont répondu avec beaucoup d'humour !



Inter1_defaultbody

C'est plutôt atypique d'avoir deux dessinateurs sur les mêmes planches. Comment cette situation s'est-elle mise en place ? Quels sont les avantages de ce fonctionnement ?

Ensemble : Nous ne l'avons pas fait exprès, on ne voulait pas, pardon… (Rires)

Brice : À vrai dire, on a été les premiers surpris… Un jour, pour le fun, l'un d'entre nous a commencé un dessin, que l'autre a continué. Le dessin a circulé de cette façon plusieurs fois, et on a obtenu un résultat qui mêlait nos deux styles pour en créer un nouveau. Le fait d'avoir des influences communes facilite la chose (NDLR : Brice et Alexis partagent un goût pour le surnaturel, les fictions historiques, la fantasy). On a donc réitéré, et des projets comme Carthago adventures : Aipaloovik sont arrivés.

Alexis : On peut réellement dire qu'on dessine un trait sur deux ! (rires) Après, il a fallu qu'on établisse une répartition des tâches, qui a pu évoluer : le travail à deux permet aussi l'adaptation. Travailler à deux sur le dessin et les couleurs a vraiment facilité les choses. Quand l'un est bloqué sur une tâche, l'autre prend le relais et vice versa… Donc pas de temps mort, surtout du temps libre ! Du coup, c'est super, on a enfin pu prendre des vacances.

Avez-vous des spécialités, propres à chacun ? Des points forts ? Des points faibles que l'autre compense ?

Alexis : Pour les points faibles, ils sont concentrés par l'un de nous deux…(Regard vers Brice) Mais nous ne citerons pas de nom car il se vexe pour un rien !

Brice : On va dire que nos styles se complètent bien, comme ça tout le monde est content.


Comment s'y prend-on pour dessiner une série qui a déjà connu autant de dessinateurs, où les personnages ont été créés par d'autres, puis repris, etc.? Quel travail particulier avez-vous fait pour rentrer dans le « moule » de la série ?

Alexis, (très sérieusement) : Y'a un truc génial aujourd'hui, c'est le numérique. On avait un projet un peu particulier : on a expliqué le projet à un de nos amis, très doué en informatique. Il nous a créé une application, Carthago-Draw 2.2 ©. En cliquant sur un bouton, notre dessin s'adaptait directement au «moule» Carthago ! Les options du programme pour l'album auraient été "style réaliste" et "reconnaître Donovan", mais finalement les Humanos n'ont pas voulu qu'on utilise ce système…

Brice : On a donc recouru aux moyens traditionnels : crayons et huile de coude. Lorsque nous avons fait notre page d'essai, la contrainte principale était le style réaliste. Christophe (NDLR : Bec, le scénariste ) et Éric (NDLR : Henninot, le co-créateur de la série) ont regardé le résultat ensemble afin de le valider. Par la suite, il a fallu respecter les personnages déjà existants, donner une dimension épique, rester dans l'esprit de la série originelle et ce qui s'est fait auparavant etc… Sinon, d'une manière générale, nous avons été plutôt libres de faire suivant nos feelings.


  • Inter2_defaultbody
    Comment vous êtes-vous documentés pour cet album ?
    Alexis : Ça,c'est la partie super cool avec les Humanoïdes Associés, ils ont accepté de nous envoyer sur place, en Alaska, pour faire un reportage photo !


    Brice : Ça a été un peu dur à cause du décalage horaire, mais ça en valait la peine. Et puis on avait du temps libre ! (Éclats de rire)

    Comment avez-vous créé l'Aipaloovik ? Quelles ont été vos sources d'inspiration pour le coucher sur le papier ?

    Alexis : Le truc bien avec Christophe et Didier (NDLR : Alcante, le co-scénariste de ce tome), c'est qu'on ne manquait pas de références niveau documentation sur le scénario. Ils font de longues descriptions, accolent parfois des images, comme ce fut le cas pour l'Aipaloovik !!

    Brice : L'Aipaloovik est censé être une divinité maléfique de la mer. Il fallait donc donner une impression de monstre préhistorique, sans forcément le rattacher à une espèce particulière. Là encore, nous avions une certaine liberté, le tout était que la créature soit impressionnante, et on espère que c'est le cas !

    Alexis : On est donc parti sur le principe de base d'un truc monstrueux avec, genre, des dents, et toute la panoplie pour ne pas qu'on ait envie de se trouver sur un bateau à coté !

    Avez-vous une anecdote sur la création de cet album ?

    Alexis : AH AH AH AH AH AH ! Oui, plein !

    Brice : Une, particulièrement, vaut d'être raconté : quand Christophe Bec nous a contactés pour faire une page d'essai sur le projet, il a précisé qu'il n'était pas le seul scénariste sur cet album. En effet, il travaillait sur Sibéria 56 en parallèle (ndlr : autre collaboration avec Alexis Sentenac) et avait appelé un confrère en renfort. Il s'est avéré que le co-scénariste en question, Didier Alcante, était le scénariste avec lequel je travaillais à l'époque sur Complots... On s'est donc dit que c'était le destin et qu'on DEVAIT faire cet album.

    Inter4_defaultbody
    Tags : Interviews