Belzagor 1

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Cité 14

mardi 25 septembre 2012

Exposition

Dans le cadre du Festival Normandiebulle une exposition est consacrée à Cité 14 de Romuald Reutimann et Pierre Gabus jusqu'au 10 octobre.
Vernissage le 27 septembre à 18 h.
Librairie Polis : 21, Rue Percière à Rouen. Tél. : 02.35.36.63.14
(re)voir la bande annonce CITE 14

CITE-14-COMP_original_defaultbody
Tags : Cité 14

Les Rencontres Chaland

vendredi 21 septembre 2012

Les 6 et 7 octobre se déroulera à Nérac la cinquième édition des Rencontres Chaland. Ce festival est organisé en hommage au grand Yves Chaland, créateur entre autres de Freddy Lombard et du Jeune Albert. L'affiche du festival a été réalisée par l'élégant François Avril, invité d'honneur des Rencontres Chaland et co-auteur de Soirs de Paris .

Affiche_s_defaultbody
Tags : Chaland

Métal Hurlant Chronicles

vendredi 21 septembre 2012

Métal Hurlant Chronicles

Les Humanos publient Métal Hurlant Chronicles, recueil d'histoires créées lors de la reprise du magazine mythique dans les années 2000.
Un recueil de 18 histoires en 194 pages. Sortie le 17 octobre.
Parmi elles, six ont été adaptées et seront diffusées sur France 4 à partir du 3 novembre.

MHC-Cover_couvsheet_defaultbody
Tags : métal hurlant

Métal Hurlant n° 1 - Janvier 1975

lundi 10 septembre 2012

Le 19 décembre 1974, à quatre heures du matin heure locale ; aux limites de Livry-Gargan et de la forêt de Clichy ; enfin réunis Philippe Druillet, l'enlumineur paranoïaque, Moebius alias Gir, alias Giraud, alias le dessinateur aux mille faces, Jean-Pierre Dionnet dit grat-grat, votre serviteur et Bernard Farkas, venu mettre un peu d'ordre dans nos projets grandioses et un peu d'âme dans nos comptes ; décidèrent, simultanément et à l'unanimité :

- de ne plus répondre désormais, qu'au seul nom collectif de :

** LES HUMANOÏDES ASSOCIÉS **

- de rééditer enfin LE BANDARD FOU cet album mythique depuis trop longtemps en rupture de stock ;

- de sortir tous les trois mois un magazine de science-fiction en bandes dessinées où ils étaleraient complaisamment leurs phantasmes putrides : celui-là même que vous tenez entre vos mains gercées ou manucurées ;

- de préparer plein d'autres choses ;

Pour cela ils travaillèrent comme des brutes, perdant le boire et le manger, s'éveillant la nuit pour noter leurs cauchemars... et ils allèrent même chercher Etienne Robial, de Futuropolis, qui dessina le titre et mit les pages en forme

Désormais, cachés derrière une planche de format grand aigle pour s'abriter du vent, ils n'attendent plus, gémissants d'impatience, que votre verdict.

Jean-Pierre Dionnet

75-Metal-Hurlant-01-Moebius_defaultbody
Tags : Métal Hurlant

Métal Hurlant n° 133 - Juillet-Août 1987

lundi 10 septembre 2012

Métal ne paraîtra plus. Une fois de plus, mais cette fois est la mauvaise, l'Ange du bizarre s'est brûlé les ailes dans l'enfer de la réalité économique. Fin de Métal. Fin d'une longue et belle aventure qui débuta en 1975 sous la houlette inspirée de Jean-Pierre Dionnet, Mœbius, Druillet et Farkas. Métal s'arrête. Juste à temps pour ne pas mettre en péril l'édition des œuvres des ses auteurs. Les histoires commencées dans le magazine se poursuivront donc directement dans les albums. L'Histoire métallique est achevée, celle des Humanoïdes Associés prend son essor. La première révolution des auteurs de BD, au début des années soixante-dix, fut de rompre avec les illustrés enfantins en créant leurs propres magazines (l'Écho, Métal). La fin des années quatre-vingt verra l'achèvement de leur seconde révolution : leur créativité, leur talent s'exprimeront désormais, et pour l'essentiel, sans la presse. L'édition, qui pour se fortifier s'est longtemps nourrie du sang de la presse BD, a tué le magazine. Métal est sa première victime.

Une autre vie commence. L'exploration de tous les champs possibles de l'art graphique et de la BD passe désormais par le livre. Avec les auteurs et Les Humanoïdes Associés nous faisons le pari de cette nouvelle vie.

Editorial de Claude Gendrot.


87-Metal-Hurlant-133-Chichoni_defaultbody
Tags : Métal Hurlant

François Avril au festival de BD de Lausanne

lundi 10 septembre 2012

BDFIL-2012_affiche-sl_ip2-page-001_defaultbody

C'est aux abords du Lac Léman que se tiendra, du 14 au 17 septembre 2012, la 8ème édition du festival BD-FIL.



Bon nombre d'auteurs de bande dessiné seront présents mais nous on note surtout la présence de François Avril, l'auteur de Soirs de Paris.



Pour plus de renseignement, rendez-vous sur le site du festival.

Tags : dédicace

Métal Hurlant n° 134 - Juillet 2002

dimanche 9 septembre 2012

Décembre 1974, un nain génial, un colosse pathétique aux doigts de métal et un grand pervers qui est aussi l'un des plus importants dessinateurs de la seconde moitié du vingtième siècle, créent le magazine Métal Hurlant et Les Humanoïdes Associés.

Dionnet, Druillet, Moebius et quelques autres, dont Robial qui dessine le logo, lancent sans s'en rendre compte une fusée qui va emmener la bande dessinée dans des contrées jusque-là inhabitées, permettant l'éclosion de nouveaux graphismes, l'exploration de nouvelles voies narratives, et de créer des passerelles avec d'autres genres, d'autres pays.

La Machine à Rêver sera tantôt leur pire cauchemar, tantôt leur plus fabuleuse création, mais dans tous les cas une chance pour la bande dessinée et ses lecteurs. Pour cela, grâce leur soit rendue jusqu'à la fin des temps.

Juillet 1987 : la fusée se pose, et laisse Les Humanoïdes Associés seuls continuer la route.

Qu'on ait vécu quinze années d'expédients frelatés, qu'on ait feint de refuser le compromis pour vivre dans l'abstinence, ou qu'on soit resté dans l'ignorance parce que né trop tard, l'injustice s'achève aujourd'hui.

Quinze ans plus tard exactement, renaît le privilège de tenir dans des mains qu'on imagine toutes moites d'excitation, un objet rare. Rare parce que livré aux bonnes librairies seulement. Rare parce que regorgeant du travail des auteurs qu'il faut connaître aujourd'hui, ceux qui s'ouvrent au monde et qui se métissent. Dans la bande dessinée, l'axe Paris-Bruxelles sent le formol et les alternatifs rêvent de conseils d'administration ! Un nouvel axe émerge, comme un trait de lumière entre deux continents : Paris – Los Angeles. Sans nostalgie, créatif, commercial et audacieux.

Qu'on en juge :

Le Jodo déclame un poème en trois planches, pour l'illustration desquelles Marc Riou et Mark Vigouroux ont clairement rudoyé leur ordinateur. Page 2

Kurt Busiek, un grand du comic book, réinvente une pleine lune, que Parel peint au couteau. Page 6

Wazem, ou comment reposer son esprit en le faisant travailler. Page 19

À mi-chemin d'une lecture en apnée, Beltran donne la respiration nécessaire pour continuer … sans risque de dommages pour le cerveau. Page 24

Das Pastoras et Portela font saigner les pages en noir et en blanc. Page 27

Étoile montante des dessinateurs nord-américains, Travis Charest signe la couverture et, le temps d'un combat, illustre somptueusement l'un des univers SF du Jodo. Page 41

Les mains ne sont plus moites, elles dégoulinent. Comment faire ensuite pour supporter deux mois d'attente ?

Regarder le ciel, à la recherche d'un éclair, d'un trait de lumière.

Et espérer.

Métal Hurlant

PS : Un souvenir remonte… Jean-Pierre Dionnet expliquant combien il était temps de faire un magazine transcontinental. Son titre ? "Paris - Los Angeles", répondit-il. C'était il y a dix ans. Un vrai Nostradamus le Dionnet…

Mtal-Hurlant-134_1_defaultbody
Tags : Métal Hurlant

Metal Hurlant n° 146 - Mai 2006

samedi 8 septembre 2012

Ben merde alors, MÉTAL HURLANT s'arrête... encore une fois.

Alors, qu'est-ce qu'ils font les Humanos ? Ils m'appellent pour célébrer ça. Quoi de mieux qu'un spécialiste des zombies pour prononcer l'oraison funèbre d'un journal qui n'en finit pas de renaître... ou de mourir –il y a longtemps que personne ne sait plus, même moi, je m'y perds.

Quand j'avais treize ans et que j'ai découvert MÉTAL HURLANT, j'étais tellement impressionné par ce magazine que je voulais me faire enterrer avec ma collection naissante. Hormis le côté collectionneur un peu pathétique, que je mets sur le compte de la jeunesse, et qu'à treize ans, je pensais déjà à la mort –ça, je ne sais pas sur quel compte je dois le mettre– il est troublant de constater que, déjà, pour moi, MÉTAL HURLANT était lié à la tombe.

Je ne vais pas entrer dans des considérations philosophiques mais peut-être que c'est là que réside la différence majeure entre les créations humaines et les petits humains que nous sommes. Dans mon cas, même ma fascination pour les zombies ne m'aidera pas, il faudra bien que je m'en aille un jour. MÉTAL HURLANT, quand à lui, est éternel. Il suffira d'un peu de volonté pour qu'un prochain Humanoïde se prenne pour le baron Frankenstein et le ressuscite encore. Enterrer MÉTAL HURLANT n'est donc pas si triste. On sait que dans sa tombe, il se marre doucement, sachant que ce numéro 146 n'est que le numéro qui précède le numéro 147. Je vais donc prendre ma pile de “nouveaux" MÉTAL HURLANT et la mettre au dessus de la pile d'"anciens" MÉTAL HURLANT en attendant sagement le prochain. Peut-être serais-je encore là pour voir ça.

Il serait tout de même dommage de prononcer l'oraison funèbre de MÉTAL HURLANT sans rendre hommage à son créateur, ses créateurs, en fait. Comme la place me manque, je m'en veux de ne pas faire une longue liste de noms, mais je m'en voudrais encore plus de ne pas mentionner le principal. Je sais que Harvey Keitel dit à John Travolta, dans PULP FICTION, qu'on est pas là pour se faire des pipes. Je vais tout de même en tailler une petite à Jean-Pierre Dionnet. C'est lui qui est à la base de MÉTAL HURLANT. C'est son intelligence et sa curiosité qui ont créé ce magazine qui ne s'arrêtera jamais. Il a passé le flambeau, il y a bien longtemps, mais son influence demeure. Qu'il me soit permis de le remercier personnellement.

Vous vous souvenez de ces trucs pour retenir l'orthographe ? Il y en a un qui disait que “mourir" ne prend qu'un R parce qu'on ne meurt qu'une fois. J'ai décidé d'écrire « mourir » désormais. Et ce n'est pas plus mal que je trouve des excuses pour mon orthographe.

MÉTAL HURLANT ? Il nous enterrera tous.

Editorial de Jerry Frissen

Metal146-Cover_1_defaultbody
Tags : Métal Hurlant