MasqueFudo

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Saverio Tenuta remporte le Prix du Public à Bassillac

mardi 29 octobre 2013

Saverio Tenuta a remporté le prix du public lors du 24eme salon de la BD de Bassillac, dans le Périgord. Le salon se tenait le week end du 19 octobre.

C’est avec sa série La Légende des Nuées Écarlates, dont Saverio Tenuta assure le scénario, le dessin et la mise en couleurs, que l’auteur a conquis le public. Après des Belges et des Espagnols, c’est maintenant un auteur italien qui se voit primé au salon de Bassillac, une manifestation à taille humaine mais qui sait donc se tourner vers l’international.

Encore bravo à Saverio !

Affiche_BD_Bassillac_2013_petit_defaultbody
Tags : prix et nominations

La Terre des Vampires T2 - preview

lundi 28 octobre 2013

Ami ou ennemi?


Manuel Garcia avance sur La Terre des Vampires T2, dont la sortie est prévue pour le printemps 2014..



TdV2-preview-2_defaultbody
Tags : preview

Horreur chez les Humanos !

samedi 26 octobre 2013

À l’occasion d’Halloween, l’Horreur s’invite chez les Humanos !

Tout au long de la semaine, nous vous proposerons une bande dessinée à lire en ligne gratuitement, sélectionnée parmi nos titres les plus effroyables. Des cases et des bulles qui vous glaceront le sang à coup sûr !

Le premier ouvrage que vous pourrez découvrir : Sarah, tome 1, de Christophe Bec et Stefano Raffaele. Les auteurs vous proposent une promenade dans les bois… lugubre. Le troisième tome de Sarah vient de sortir, une bonne occasion de se faire une petite virée dans l’inquiétant village de Salamanca.

David Muñoz et Manuel Garcia vous embarqueront ensuite pour un aller simple vers La Terre des Vampires. L’Exode, le premier tome de cette série post-apocalyptique, sera à votre disposition en intégralité, de quoi patienter jusqu’à la sortie du tome 2 de ce haletant road-movie qui sortira en Avril 2014. Les vampires vous invitent à dîner, quel sera le menu ?

Puis plongez dans les abysses avec Xavier Dorison et Christophe Bec en lisant le premier tome de Sanctuaire, USS Nebraska. Dans cette ambiance inquiétante et claustrophobique, vous ne vous sentirez pas comme un poisson dans l’eau ! Si l’aventure vous a plu, retrouvez l’ensemble de l’histoire dans l’intégrale de Sanctuaire sortie ce mois-ci.

Enfin, David Muñoz, Tirso et Javi Montes inviteront alors les courageux qui auront survécu à passer une nuit au Manoir des Murmures. Rencontrez ses pensionnaires, de charmants orphelins survivants d’un horrible virus qui transforme les humains en monstres…

Cerise sur la citrouille, un concours est mis en place sur notre page Facebook afin de vous faire gagner ces BDs ! Rejoignez notre page Facebook pour participer !

Vous pouvez en témoigner : les Humanos prennent soin de vous pour Halloween. Une période parfaite pour annoncer en fanfare une toute nouvelle série de Jerry Frissen et Jorge Miguel : Z comme Zombies. Dans cette aventure délirante, sur une Terre où humains et zombies cohabitent avec plus ou moins d’harmonie, nous suivons Freddy Merckx, un belge haut-en-couleur, expatrié aux Etats-Unis où il a fait fortune dans le commerce de sauces. Lui et sa petite famille vivent dans un bonheur presque parfait, avec pour seul point d’ombre l’apparition de nouvelles lois : plus question de couper les morts-vivants en morceaux, de leur faire sauter le caisson ou encore de les enflammer. Comme dirait Freddy, « Quelle tristesse… »

Les « Humanorribles » vous souhaitent un Joyeux Halloween !

HORREUR-3_defaultbody
Tags : Évènement

Laura Zuccheri lauréate du prix Aventure à Marly

jeudi 24 octobre 2013

Nous sommes heureux de vous annoncer que Laura Zuccheri a gagné le prix Aventure pour son ouvrage Les Épées de Verre T3 lors de la vingt-troisième édition du festival Rencontres de BD de Marly, décerné par Mirabelle TV, la chaîne locale de la région Lorraine.

Le festival se tenait le 5 et le 6 octobre 2013, et a réuni tous les amateurs de BD de la région Moselle et d’ailleurs.

Bravo encore à Laura !
Plus d'infos.

EpeeVerre-T3_COUV_zoomed_defaultbody
Tags : prix et nominations

Interview Pierre Gabus - l'Extravagante croisière de Lady Rozenbilt

mardi 22 octobre 2013

A l'occasion de la sortie de L'Extravagante croisière de Lady Rozenbilt, Pierre Gabus nous fait quelques révélations sur cette nouvelle création.
On en profite pour revenir d'abord sur Cité 14.

Vous avez remporté l’an dernier le « prix de la meilleure série » à Angoulême. Cela a-t-il eu un effet particulier sur votre travail d’auteur ?

Non. A ma grande surprise, ça n'a pas eu la moindre influence sur mes conditions de travail ni sur mon statut dans le métier. A tel point que j'ai plutôt l'impression d'être moins sûr de moi qu'auparavant. Ceci dit, recevoir un prix important est vraiment plaisant et la joie sur le moment est vraiment très intense.

L’Extravagante croisière est issue de l’univers de Cité 14, qui mêle des éléments appartenant à différents genres littéraires (les animaux pour la littérature jeunesse, les extraterrestres pour la fiction, les superpouvoirs pour le comics, la critique sociale pour le polar etc.). Vous ne vous refusez rien ?

Tout à fait, on ne se refuse rien. C'est même en partie l'intérêt du projet. Dès le départ, on a fait le pari de mélanger tous ces genres et d'en sortir quelque chose qui serait à la fois truculent et cohérent. Et à partir de ce même principe, on voulait que ça castagne, que ce soit drôle, que ce soit émouvant, que ce soit déjanté, qu'il y ait des histoires d'amour et de la critique sociale. Je pense qu'on n'est pas très loin d'avoir réussi.


Image-3_defaultbody

En tant que scénariste et dessinateur, quels sont vos points forts et vos points faibles ?

En tant que scénariste je pense que mon point fort est de ne pas avoir peur de flirter avec le ridicule, de ne pas chercher à mettre du second degré quand la scène est proche du mélo ou du grotesque. C'est une petite prise de risque car du coup je ne fais pas le petit clin d'oeil intelligent au lecteur pour lui dire « N'ayez pas peur les amis, c'est juste pour vous faire rire, je sais bien que ça ne se peut pas ».

Mais je préfère prendre ce risque de passer pour un peu bête car en revanche, si je réussis mon coup, l'histoire tient véritablement debout et on s'attache pour de vrai aux personnages (alors que les péripéties sont tout de même plutôt incongrues et les personnages tout à fait improbables). Le pire dans tout ça, c'est que je n'ai même pas à me forcer : quand le castor est chez sa voyante et qu'il pleure parce que le verre à pied qui lui servait à communiquer avec son épouse défunte se « suicide » en se jetant contre le mur, j'ai vraiment de la peine pour lui...

Quant à la grande force de Romuald, c'est de faire jouer ses personnages avec la même sincérité. On y croit d'un bout à l'autre. Les animaux costumés, les humains, les extraterrestres, les super-héros : chacun a sa vie propre, sa démarche, sa voix et son odeur. Ils sont tous bel et bien vivants, ce ne sont pas seulement des images léchées. Son style n'est pas le plus spectaculaire du marché mais l'univers qu'il dessine est magnifiquement crédible.


Quelles ont été vos principales sources d'inspiration pour l’Extravagante croisière de Lady Rozenbilt ?

Pour faire chauffer mes méninges au début de ce nouvel album, j'ai regardé pas mal de livres de photos de la première moitié du XXe siècle. Il y en avait notamment un qui s'intéressait à la condition féminine. Les photos étaient légendées par des extraits de journaux d'époques. Je n'ai pas pu m'empêcher de reproduire une ou deux perles écrites par des gens « érudits » sur les activités conseillées aux femmes (et sur les méfaits des machines à coudre électriques sur la santé des malheureuses couturières).

Image-4_defaultbody

Pourquoi avoir choisi Bigoodee comme personnage principal ?

Bigoodee est un personnage qui conservait de nombreuses parts d'ombre à la fin des deux premières saisons de Cité 14, dont il est issu. On connaissait ses trois sœurs (deux sont religieuses et la troisième actrice) et dans un flash-back, on avait vu sa fascination lorsqu'enfant il avait découvert les supers-pouvoirs de son père. Il y avait également l'ébauche de sa relation avec Suzy, son assistante, qu'on devinait amoureuse. Bref, quelques petites choses qui méritaient plus d'éclaircissement. Le risque tenait par contre à son accent anglais qui risquait d'être soûlant sur 114 pages. Sans renier ce qu'on a fait auparavant, on a essayé de ne pas trop en rajouter sur ce point et de le faire un peu plus taiseux dans les scènes se déroulant durant son adolescence. Mais Bigoodee n'est pas seul dans cette histoire. Il y a également beaucoup de nouveaux personnages qui me semblent dignes d'intérêt.

Dans cette nouvelle création, il est aussi question de relations amoureuses et de rapports familiaux. Est-elle pour autant moins critique et engagée que la précédente ?

Je ne pense pas. L'histoire tourne beaucoup autour d'une milliardaire qui n'est pas véritablement antipathique mais qui ne se refuse rien, de son insupportable neveu et de ses invités pas toujours aussi intéressants qu'ils se l’imaginent. Mais j'espère que ce n'est pas trop stéréotypé : là encore, je m'attache aux personnages... même les plus idiots.

L’Extravagante croisière est une oeuvre indépendante. Pensez-vous qu’elle s’adresse à un public plus large que votre précédente oeuvre, Cité 14 ?

Dans mon esprit, les saisons 1 et 2 de Cité 14 s'adressaient déjà à un vaste public. Pour moi, Cité 14 c'est du pur divertissement pas trop bête, point final. Mais visiblement j'ai tort car c'est plutôt perçu comme de l'underground. A l'heure d'aujourd'hui, je ne crois plus vraiment que ça devienne un best-seller. Je rêve plutôt que ça soit un truc qui reste dans les mémoires de ceux qui l'ont lu. Une carrière sur la durée du genre de celle du Félix de Maurice Tillieux me ravirait (là, j'ai conscience de dire quelque chose de très prétentieux). Ceci dit, je pense que c'est dans l'optique d'attirer davantage de lecteurs que les Humanoïdes Associés ont décidé de mettre en couleurs ce tome. Si ça fonctionne, je serai bien sûr très content.


Avez-vous d’autres projets ?

Je viens de terminer deux histoires courtes (8 et 6 planches) qui n'ont pour l'instant pas de dessinateur et je travaille sur un album 46 planches tout public (une histoire qui se termine en un volume mais qui peut devenir le premier tome d'une série). J'ai également un projet tout public avec un dessinateur belge qui possède un superbe dessin... et avec Romuald, on a un petit projet en autoédition (des histoires indépendantes de 28 planches racontant les aventures d'une famille dans un univers là encore décalé).

Extravagante-CroisereOk_defaultbody
Tags : Interviews - Cité 14

Romuald Reutimann en dédicace

mercredi 16 octobre 2013

Amis normands, voici de quoi remplir vos agendas.

À l’occasion de la sortie de L’extravagante croisière de Lady Rozenbilt, en librairie le 23 octobre, Romuald Reutimann sera en séance de dédicace à la librairie Ryst de Cherbourg, le 19 octobre de 10h30 a 12h30.

Une bonne occasion de découvrir en avant-première le nouveau projet des auteurs de la série désormais culte Cité 14.

Librairie Ryst
16 Grande Rue, 50100 Cherbourg

Extravagante-CroisereOk_zoomed_defaultbody
Tags : dédicace

Preview 2 Jaemon T3

mardi 15 octobre 2013

De nouvelles révélations sur le tome 3 de Jaemon grâce à cette nouvelle planche reçue aujourd'hui du talenteux Notaro...
En librairie dès janvier 2014 !

Preview-2-Jaemon-T3_defaultbody
Tags : preview

Rencontres Chaland - édition 2013

vendredi 11 octobre 2013

Pour la 6ème année consécutive, les Rencontres Chaland se sont déroulées avec succès à Nérac, petite ville du sud ouest de la France. Cette année, l’invité d’honneur était Serge Clerc. A la hauteur du titre qui lui avait été attribué, Serge Clerc a su rendre hommage à Yves Chaland en présidant avec charisme les Rencontres de 2013.

Lors de cette édition, de nombreuses expositions ont eu lieu dans la ville de Nérac. Pour chacune d’entre elle, une affiche avait été réalisée par Serge Clerc.

Chalok_defaultbody

Deux prix ont été décernés : celui du Petit Albert, à 520 km de Max De Radiguès ; et celui du Jeune Albert, au Magasin des Suicides de Olivier Ka et Domitille Collardey.

Du côté des Humanos, ce sont les héros Freddy Lombard et Bob Fish qui sont mis à l’honneur, avec les rééditions de La Comète de Carthage et de Bob Fish, ce dernier étant agrémenté d’une couverture inédite.

Tags : Chaland