EXO 2

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Happy Birthday to Boucq !

vendredi 28 novembre 2014

Francois-Boucq_defaultbody

Tout l'équipe des Humanos souhaite un joyeux anniversaire à l'immense dessinateur qu'est François Boucq, co-créateur avec Jodorowsky de l'inoubliable Bouncer !


Bouncer-01_defaultbody
Tags : hommage

Preview Carthago Adventures 3

vendredi 28 novembre 2014

Carthago Adventures Tome 3 paraîtra au mois de février 2015.

London Donovan est de retour dans le village de son enfance en Alaska. Croyez-vous vraiment qu'il aura l'occasion de se reposer ?

Preview-01_defaultbody
Tags : preview

L'Autoroute Sauvage

lundi 17 novembre 2014

Préparez-vous...

En mai 2015, les Humanos lanceront L'Autoroute Sauvage, série adaptée du roman culte de Julia Verlanger, avec Zhang Xiaoyu au dessin.

Preview-01_defaultbody
Tags : preview

Making of Milan K - Les couvertures

dimanche 16 novembre 2014

La couverture d'une bande dessinée est primordiale. C'est le premier contact avec le lecteur, celui qui lui donnera envie (ou pas !) de la lire et d'entrer dans son univers. Elle doit donner des indices sur l'histoire qu'on trouvera dans la bande dessinée, sans pour autant gâcher le suspense non plus !

Bef, c'est pratiquement un art à part entière, qui demande beaucoup de travail ! Mais vous, lecteur malchanceux, vous ne voyez que la version finale, celle qui a été retenue.

Nous profitons de la sortie de l'intégrale de Milan K pour vous présenter les diférentes étapes de conception d'une couverture !

On commence par tester les concepts, à l'aide d'astucieux montages :

Projet_couv_2b-copy_1_defaultbody

Projet_couv_2c-copy_1_defaultbody

T2_defaultbody

On explore plusieurs directions possibles :

C1_defaultbody

C2_defaultbody

Couvt2colo-V2-v2_defaultbody

T2-copie_defaultbody

Pour arriver à la couverture finale de l'album :

MILANKT2_COVER_finale_defaultbody

Tags : Making of

Crayonnés Final Incal

dimanche 16 novembre 2014

Pour fêter la sortie de l'intégrale luxe de Final Incal, je vous laisse apprécier ces crayonnés inédits de Ladrönn.

Il s'agit de croquis de préparation du tome 2, et on peut y voir toute la perfection du dessin de Ladrönn dès les phases préparatoires de la BD !

INCAL_T2_PAGE-01_PENCIL_72DPI-REDIM_2_defaultbody

INCAL_T2_PAGE-02_PENCIL_72DPI-bis_defaultbody

INCAL_T2_PAGE-03_PENCIL_72DPI-bis_defaultbody

INCAL_T2_PAGE-04_PENCIL_72DPI-bis_defaultbody

INCAL_T2_PAGE-05_PENCIL_72DPI-bis_defaultbody

Tags : Making of

Making of Cap Horn

vendredi 14 novembre 2014

Il y a deux jours est paru l'intégrale de Cap Horn.

Nous profitons de cette occasion pour vous montrer des esquisses préparatoires et des pages de story-board d'Enea Riboldi, le dessinateur de la série. Et oui, il y a pas mal de travail avant d'arriver aux pages magnifiques que vous connaissez !

Cap-horn-esquisses-01_defaultbody
Cap-horn-esquisses-02_defaultbody
Cap-horn-esquisses-03_defaultbody
Cap-horn-esquisses-04_defaultbody
Cap-horn-esquisses-05_defaultbody
Cap-horn-esquisses-06_defaultbody
Tags : Making of

Interview de Sylviane Corgiat, scénariste des Epées de Verre

vendredi 14 novembre 2014

Sylviane-CorgiatSite_originalLa série des Epées de Verre s'est conclue magistralement avec la sortie du tome 4 en début de mois. Nous avons posé nos questions à la scénariste Sylviane Corgiat.

Dans quel état d’esprit vous êtes-vous trouvée en mettant un point final à la série ?

J’ai tellement creusé cet univers qu’il m’a fallu du temps pour en revenir. Je l’ai imaginé comme je l’aurais fait pour une saga romanesque, avec sa géographie, ses grandes périodes historiques, sa faune et sa flore, et de nombreux détails pour le passé et la psychologie des personnages. Je n’ai bien sûr pas pu exploiter directement tous ces éléments, mais les scénarios en sont nourris.

Saviez-vous dès le premier tome comment évoluerait l’histoire ?

J’ignorais combien de tomes j’écrirai exactement, mais je savais parfaitement quel serait le dénouement. Je pensais au départ à plus que quatre volets — même si tout devait se structurer autour des quatre épées — j’ai donc imaginé un super squelette formé par la légende des Epées de verre à l’intérieur duquel je pourrais développer plusieurs histoires en parallèle. Ramener la structure à quatre tomes a conduit à faire des choix douloureux, mais surtout, je ne voulais pas sacrifier le dénouement. C’est la raison pour laquelle le tome 4 est sensiblement plus long que les trois précédents.

Quelle est la raison de cette limitation à 4 tomes ?

Dessiner un album des Épées de verre avec un style comme celui de Laura Zuccheri demande énormément de temps ; chaque planche est une œuvre d’art ; malheureusement, on ne peut plus aujourd’hui garder ses lecteurs pendant des années sur une histoire à suivre dont les épisodes sortent de loin en loin. Il vaut mieux concevoir des cycles courts.

epees 11

Et alors, ce dénouement ?

Je peux vous dire qu’il réserve une énorme surprise. Je pense qu’on ne s’y attend pas du tout et qu’il n’arrive pas non plus comme un deus ex machina. Il est annoncé en quelque sorte par des petits signes dispersés tout au long de l’histoire.

Quels sont les personnages dont vous vous êtes sentie la plus proche ?

Yama et Miklos se sont très vite imposés comme fil conducteur de la série. J’ai une affection particulière pour Yama, un personnage qui m’a un peu obsédée. J’ai tellement pensé à elle qu’elle est devenue comme une personne réelle que j’aurais vu grandir. Ma fille avait le même âge que Yama quand j’ai commencé à écrire la série. Il m’est arrivé parfois de l’appeler par le prénom de Yama et réciproquement, d’appeler Yama par le prénom de ma fille. À force de penser à Yama, c’est comme si elle avait existé dans mon entourage.

Pourquoi Yama ?

La rage et l’énergie qui l’animent dans tout ce qu’elle fait. Son caractère entier. Son incapacité à faire des concessions. Et puis le début de la maturité qui arrive dans le tome 4 quand elle découvre que Miklos n’est pour elle ni un père, ni un amoureux, mais un simplement un homme qui a ses faiblesses lui aussi, et qui l’aide à accepter les siennes. J’aime bien d’ailleurs comment, par petites touches au fil des histoires et sans en avoir l’air, elle arrive à damer le pion à Miklos. Le dénouement de la légende des Épées de verre correspond aussi à un dénouement dans les relations de leur duo qui montre le passage de l’enfance à l’âge adulte.

C - Yama jeune 1 C - Yama jeune 2 C - Yama jeune 3 C - Yama jeune 6

Vous avez écrit pour des genres et des médias différents. Passer de l’un à l’autre représente-t-il une difficulté particulière ?

Non pas une difficulté, mais un travail d’adaptation qui demande une certaine souplesse et une malléabilité que j’ai sans doute acquises en travaillant pour la télévision où « adapter » est un mot à prendre dans tous les sens du terme. C’est un aspect de mon activité qui me plaît. J’aime me confronter à la technique, à la forme, être tenue par les règles inhérentes à un genre même si c’est pour m’en éloigner ou les contourner. Je ne suis pas fan d’un genre en particulier, mes centres d’intérêt sont éclectiques.

Que pouvez-vous dire pour conclure ?

Je pense que je peux dire « nous » pour Laura, Silvia et moi-même et paraphraser le Miklos solitaire et un peu mélancolique de la dernière image de la dernière page du dernier tome : « Nous vous offrons ce monde… » Et donc souhaiter à tous nos lecteurs d’y faire un très bon voyage.

Propos recueillis en novembre 2014

BD-FLIP-Epees-de-Verre-05

Tags : Interviews

Entretien avec un héros

mercredi 12 novembre 2014

A l'occasion de la sortie du coffret Total Incal nous avons rencontré le très célèbre John Diffool. Nous lui avons donné rendez-vous à l'Anneau Rouge, l'un des rades des bas étages de la Cité-Puits. Notre souhait était de lui faire ressentir une petite pointe de nostalgie : après tout, c'est de ce quartier qu'il est originaire. Après le succès de l'Incal, John est devenu une nouvelle personne. Lui qui était si humble, si simple auparavant est devenu un personnage complexe. Rencontre.

INCAL_DIFOOL_PINUP

Comment avez-vous vécu le succès de l'Incal ?

C'était assez inattendu ! Au départ, quand les Humanos m'ont contacté en me disant qu'ils souhaitaient créer une bande-dessinée inspirée de ma vie, je me suis dit "pourquoi pas", mais sans me faire d'illusions. Et puis, comme vous le savez, le public a accroché. En quelques mois, j'étais une super star ! Alors forcément, le monde de la nuit vous ouvre ses portes... J'étais invité dans des fêtes infernales, où bio-drogues, alcools et homéoputes n'attendaient qu'une seule chose : être consommé, et si possible par moi.

Et c'est ainsi qu’a commencé votre descente aux Enfers ...

Effectivement, je suis très vite tombé dans un cercle vicieux. Vous savez, quand tout vous ouvre les bras, c'est très dur de résister. Donc j'ai commencé à fréquenter les mauvaises personnes, et j'ai arrêté de voir mes amis, même Deepo est parti. Mon état second devenait peu à peu mon état normal. Plusieurs fois, j'ai repris conscience sur Suicide Alley, les deux pieds sur le parapet ... C'est là que je me suis dit "John, il faut se reprendre en main".

Et vous avez trouvé un sens à votre vie : les causes humanitaires.

Tout à fait, mais je suis quand même passé par la case désintox'. Trois longues années d'abstinence sur Qhar-Lee-Sheen, la lune de la Planète d'Or où vont se désintoxiquer les plus grandes stars de la galaxie. Maintenant, je ne prends plus rien d'illégal ! Et puis un jour en regardant les infos, je suis tombé sur un reportage sur les mutants. Là, les conditions de vie horribles de ces êtres pourtant presque humains m'ont tétanisé. Il fallait que je fasse quelque chose ! Je suis donc sorti de ma baignoire et j'ai créé une fondation, la Difool Association For Unrespected Creatures (la D.A.F.U.C.), pour soutenir leur cause.

Fait rare, vous avez été introduit en tant qu'Aristo ! Comment et pourquoi avez-vous été accepté dans cette caste ?

Je tiens d'abord à signaler que les Aristos d'aujourd'hui ont peu à voir avec ceux de l'ancienne école, comme ils sont dépeints dans l'Incal par exemple. Les guerres et les révoltes ont remodelé le nuancier social, et les couches de la population sont aujourd'hui plus encleintes à se mélanger. Au lieu d'être, comme avant, une véritable caste avec ses privilèges, le titre d'Aristo est devenu honorifique. Voyez l'auréole comme une décoration plutôt que comme un passe-droit.

Continuez-vous à fréquenter vos anciens compagnons ?

Malheureusement, à part un golf de temps à autres dans la galaxie TigerWoods2000 avec Kill Tête-de-chien, nous nous sommes tous un peu perdus de vue. J'ai divorcé de Louz il y a six ans, pour refaire ma vie avec une déesse-mannequin venue d'un monde parallèle. D'après les rumeurs, elle aurait enfin succombé aux avances de Gorgo. Je leur souhaite tout le bonheur possible. J'ai aussi entendu dire que le Méta-Baron avait reçu le prix Technobel de la Paix. Si vous le voyez, transmettez-lui mes hommages.

Et qu'en est-il de Deepo ?

Après notre brouille, on ne s'est jamais vraiment rabiboché. Mais j'ai réussi à avoir des nouvelles de lui ! Il aurait quitté Terra 2014 pour une planète découverte il y a peu. Celle-ci est peuplée uniquement de mouettes de béton ! Vous connaissez Deepo, avec son charisme et son éloquence hors du commun, il a été facile pour lui de s'imposer comme un leader. Il paraîtrait qu'actuellement, il règnerait en maître sur son nouveau peuple. J'irais surement lui rendre une petite visite bientôt, par nostalgie. Et dans l'espoir de raviver la flamme de notre amitié !

La sortie ce mois-ci du coffret Total Incal met vraiment un terme à vos aventures. Que ressentez-vous ? Est-ce le moment du bilan ?

Ecoutez, je pense que toutes les bonnes choses ont une fin. Ce coffret retrace mes aventures depuis les bas-fond de Terra 2014 jusqu'aux prémices de mon union avec Louz. Sacré histoire ! Je suis entré dans la légende, je dirais qu'il est temps que je prenne un peu de recul par rapport à la vie. Une page se tourne. Le plus important pour réaliser une oeuvre, c'est de vouloir la commencer, et ensuite de pouvoir la terminer. C'est chose faite. Aujourd'hui, je pense sérieusement passer un permis Bioconducteur d'Acquisition des Techniques de Transport Optimisés (B.A.T.T.O.) et partir faire un tour de la Galaxie en solitaire. Je ne sais pas ce que je cherche, mais je sais que ce que je cherche me cherche. On devrait finir par se rencontrer.

C'est tout ce que nous vous souhaitons. Merci John Difool !

Capture-d-ecran-2014-03-25-a-15-31-00_defaultbody
Tags : Interviews