Mondes Cachés T2

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Daomu Pilleurs de Tombes T2 : fin du récit en septembre

jeudi 30 juin 2016

Daomu Pilleurs de Tombes T2 est prévu pour septembre. Ce deuxième tome sera aussi celui qui achèvera ce sombre récit fantastique.

DaomuT2Preview1_defaultbody


Tags : preview

Izunas T3 : la série revient en novembre !

mardi 28 juin 2016

Izunas revient en novembre avec un nouveau dyptique, toujours scénarisé par Saverio Tenuta et dessiné par Carita Lupattellli ! Voici le visuel de couverture du T3 en préparation !

COVER-iZUNA-3_defaultbody
Tags : preview

Les Technopères : intégrales en librairie

vendredi 24 juin 2016

L'intégrale en 2 parties des Technopères est disponible en librairie.

Ces deux volumes regroupent chacun 4 tomes de la série, en grand format et au prix de 29,99€ le volume !

1-52Technoperes-T5-8-48_defaultbody

Exo T2 : en librairie en septembre

jeudi 23 juin 2016

Philippe Scoffoni présente la création d'une case d'Exo T2, à paraître en septembre.

Cliquez sur l'image pour voir le GIF étape par étape !

Gif-p-37-t-2_defaultbody
Tags : preview

Carthago T5 preview

mercredi 22 juin 2016

Carthago revient en août ! Tiendrez-vous jusque là ?

TeasingCarthago5_1_defaultbody
Tags : preview

L'Âne d'Or de Manara réédité en août !

samedi 18 juin 2016

L’Âne d'or revient en août ! Si vous ne connaissez pas ce chef d'oeuvre de Milo Manara, c'est le moment de le découvrir, dans une édition non censurée !

AneOrPreview1_defaultbody
Tags : preview

Drazen Kovacevic répond à nos questions sur Carthago Adventures T4

vendredi 17 juin 2016

Suite de nos interviews pour Carthago Adventures T4. Le dessinateur Drazen Kovacevic a accepté de répondre à nos questions quant à la création de ce nouvel album.

Chaque tome de Carthago Adventures est dessiné par un artiste différent. Comment appréhende-t-on le dessin d'une série aux codes déjà établis ?

Images-itv-drazen1_defaultbody

Il y a de solides standards établis dans les albums précédents à respecter mais l'avantage est que l'auteur ne perd ni temps ni énergie créative sur des éléments qui ont déjà été créés : les personnages principaux, l'atmosphère générale... J'ai mis un peu de temps à prendre la série en main. Il faut s'approprier les personnages et le style de narration sans faire un "copier-coller" des albums précédents. Après avoir trouvé l'équilibre entre respect des codes et apport de mon style personnel, je me suis vraiment amusé. Une fois bien maîtrisé, chaque dessinateur peut apporter son interprétation de l'univers Carthago. Ai-je réussi ma mission? Le jugement final sera celui des lecteurs et fans de la série. Je pense avoir fait un bon travail grâce à la collaboration fantastique entre les membres de l'équipe. Cette expérience de travail en équipe restera dans ma mémoire car la coopération a été excellente et elle est toujours d'une importance cruciale. Lorsqu'on se joint à une équipe aussi créative, le résultat ne peut être que bon !

Images-itv-drazen3_defaultbody

Justement, comment s'est déroulée votre collaboration avec les scénaristes Christophe Bec et Giles Daoust ?

Bec et Daoust sont de grands écrivains. Travailler avec eux fut de la poésie. On ne s'est jamais rencontrés face à face mais on a réussi à communiquer parfaitement par email. On n'a pas eu de discussions spécifiques sur où, comment et quoi, car le scénario était simplement bien écrit, avec un rythme parfait, des scènes logiquement entrelacées, des personnages très motivés et définis en trois dimensions, des dialogues mesurés et précis, de bons conflits... Ce que j'ai aimé avant tout était cette qualité cinématographique du script. Un vrai régal ! J'ai envoyé mes storyboards à Christophe et Giles et avec leurs modifications, corrections et suggestions, j'ai commencé à dessiner. On a travaillé ainsi. J'ai aussi une grande reconnaissance envers mon ami, collègue, compatriote et artiste de Carthago, Milan Jovanovic. Son aide et soutien sont inestimables.

Que pensez-vous de l'Amarok et de la cryptozoologie en général ? Quel plaisir tirez-vous de dessiner une aventure autour de ce sujet ?

La cryptozoologie est très amusante. Je garde de mon enfance des souvenirs précis de tous les films de monstres, de King Kong, La Vallée de Gwangi, du roman Le Monde perdu d'Arthur Conan Doyle et une variété de bandes dessinées où apparaissaient des dinosaures, des créatures gigantesques de l'Âge de Glace et surtout Jurassic Parc… Que demander de plus pour un artiste ? L'étude la cryptozoologie peut me donner la chair de poule. Cette dose de mystère entremêlée à la science est une formule à succès !

L'Amarok est un superbe thème, le mythe inuit prend vie dans notre histoire. La divinité-loup punissant les mauvais et imprudents chasseurs. L'incarnation des forces de la nature, justes et impitoyables. Comme dans toutes les religions animistes, il y a un lien indissoluble entre l'Homme et la nature. Ces connections existent toujours mais malheureusement elles sont presque invisibles dans notre civilisation. Néanmoins, il me semble que nous aidons un peu à sensibiliser les gens sur l'importance de la nature. Cela me donne l'espoir que tout n'est pas perdu pour nos enfants.

Images-itv-drazen2_defaultbody
  • Quels sont vos projets pour la suite ?

    Je suis occupé à travailler sur deux projets. Les deux sont à des stades assez précoces et je ne peux révéler beaucoup de détails. Je dirai que l'action des deux albums a lieu au Moyen-Âge et que pour l'un des deux je ne suis engagé que comme artiste du storyboard. À côté, j'ai beaucoup de travail sur les illustrations qui seront les bonus d'une édition spéciale de l'Amarok par Les Sculpteurs de bulles, et j'ai aussi beaucoup de travail concernant des illustrations commandées par mon galeriste.

    Tags : Interviews

    Interview de Jerry Frissen pour Méta-Baron T2

    lundi 13 juin 2016

    À l'occasion de la sortie de Méta-Baron T2, Jerry Frissen nous parle de la réalisation de ce nouvel album.

    Ce tome est assez centré sur Tétanus, pourriez-vous nous en dire plus sur ce personnage assez complexe?

    Tetanus_defaultbody

    C'est le personnage le plus troublé de ce dyptique et un de mes favoris. C'est un esclave qui vit l'enfer et il a compris que son seul moyen d'en sortir était de se rapprocher de son maître, de faire corps avec lui en quelque sorte. Jusqu'à ce que ce dernier se laisse approcher au point que Tétanus pourrait facilement le tuer. Mais durant ce processus, il s'est aussi pris d'amitié et d'affection pour ce maître monstrueux. C'est le syndrome de Stockholm puissance mille. Wilhelm-100 éprouve d'ailleurs une sorte d'amitié pour Tétanus. Dans ce deuxième tome, Tétanus se pense assez proche de son maitre pour imaginer qu'il peut en profiter pour greffer un plan personnel à celui de Wilhelm-100. Ce ne sera bien sûr pas aussi facile…

    Peut-on parler de rivalité entre Wilhelm-100 et Tétanus pour être le père de Khonrad ?

    Oui bien sûr. C'est ce qui m'amusait particulièrement dans cet album. L'Anti-Baron, en plus d'être l'arme qui doit détruire le Méta-Baron, est pris au milieu d'un combat beaucoup plus subtil entre ses deux pères. Ils ont tout deux, comme n'importe quel père, une idée de ce que doit devenir leur fils.

    Avez-vous envisagé l'Anti-Baron comme un simple adversaire de puissance égale au Méta-Baron ou comme le fils que celui-ci se refuse à avoir ?

    Il faut voir ça dans la continuité des huit livres, l'Anti-Baron a été ma première idée pour assurer une progéniture au Méta-Baron. Mais ce n'est pas son fils, c'est un clone, une perversion pour laquelle il va tout de même éprouver certains sentiments. Avec cet Anti-Baron, le Méta-Baron va pourtant commencer à comprendre que sa position d'être suprême vient avec de lourdes responsabilités et la paternité en est une. Dans la suite, la continuité de sa caste va se préciser et prendre une tournure pour le moins particulière.

    Mb_defaultbody

    Un petit clin d'œil laissé dans l'album ?

    Bateau_1_defaultbody

    Il y a plusieurs références à Mœbius dans ce volume. Arzach y fait une petite apparition, Deepo également. J'essaye toujours de glisser quelques références durant l'écriture. La principale de ce volume-ci était un hommage à Ray Bradbury et ses Chroniques Martiennes. La planète sur laquelle se rend Tétanus au début ressemble à Mars et le bateau des sables est une référence directe à ce merveilleux livre. En écrivant, je fais toujours des références à des tas de trucs. En général, j'oublie et je les redécouvre à la relecture.

    Vous travaillez à la fois sur Exo, également un récit de SF, comment jonglez-vous entre ces deux univers, quels sont les principes à respecter ?

    Exo est très différent. Le Méta-Baron, c'est plus de la fantasy alors que pour Exo, on voulait aller beaucoup plus vers la hard-science et faire un récit probable. Je me sens à l'aise dans les deux genres et ça n'a pas posé de problème de passer de l'un à l'autre. Au contraire en fait, puisque les différences entre les deux m'ont évité de mélanger les idées. Et quand je suis coincé sur un scénario, me plonger dans l'autre était un véritable ballon d'oxygène.

    Tags : Interviews