×

Lou - Version Originale

Lou, la blondinette de la bande

8,50 €

Moko - Version Originale

Ready for the battle

8,50 €

Molly - Version Originale

La première fille Muttpop est jolie et fière, comme nous quoi !

37,00 €

Molly - Version Xtra Spicy Twilight

Molly dans une version inspirée par l'animation japonaise

40,00 €

Tequila - Version Originale 2.0

Il revient et il n'est toujours pas content

55,00 €

Show and Tell - le blog de Jerry Frissen

Le Blog de Jerry Frissen

Retrouvez le blog de Jerry sur le site de Muttpop : www.muttpop.com

Liste des billets

Tijuana by night

dimanche 30 septembre 2007

Le soir, après notre conférence qui s'est plutôt bien passée, on nous a emmené voir la frontière sur la plage. C'était triste et sinistre. Il y a un grand mur en métal et derrière un no mand's land où, à grands coups de Jeep et d'hélico, la police des frontières avait justement attrapé un immigrant illégal, ce qu'on peut deviner vaguement sur les deux premières photos. Ensuite, un très très bon restaurant dans un autre quartier sordide (les autres photos). C'est ce qui m'a frappé le plus en fait, je me demande comment les gens font pour être aussi heureux et joyeux dans une telle ville. Après, tard dans la nuit, le chauffeur à voulu nous faire une surprise et nous a emmené au meilleur endroit de Tijuana. Pour arriver jusque là, on a traversé, à pieds, un quartier qui ressemblait au New York qu'on voyait dans les films des années 70. Des centaines de clodos, des flics en gilets pare-balles et mitraillettes qui arrêtent des gens. Il y avait d'ailleurs des types enchainés presque à chaque carrefour qui attendent qu'on viennent les ramasser. Devant chaque commerce, il y a des rabatteurs qui essayaient de nous faire entrer. "Hey gringo, wanna fuck? Come on gringo, cheap fuck here." Et puis enfin, le meilleur endroit de la ville: son plus grand bordel. Un énorme bâtiment peint en rouge (très beau en fait) avec deux portes. D'un côté on entre pour choisir sa pute et de l'autre on va prendre une chambre. On a expliqué au chauffeur que ce n'était pas vraiment notre truc et à regret il nous a ramené à l'hôtel. La négociation avec lui a pris un bon quart d'heure. Sur ce temps là, on a vu passer, d'une porte à l'autre, des dizaines de putes avec leurs clients. Un véritable usine. C'était une bonne soirée.

Tags : Lucha Libre - Vie Privée