×

Lou - Version Originale

Lou, la blondinette de la bande

8,50 €

Moko - Version Originale

Ready for the battle

8,50 €

Molly - Version Originale

La première fille Muttpop est jolie et fière, comme nous quoi !

37,00 €

Molly - Version Xtra Spicy Twilight

Molly dans une version inspirée par l'animation japonaise

40,00 €

Tequila - Version Originale 2.0

Il revient et il n'est toujours pas content

55,00 €

Show and Tell - le blog de Jerry Frissen

Le Blog de Jerry Frissen

Retrouvez le blog de Jerry sur le site de Muttpop : www.muttpop.com

Liste des billets

The Road

vendredi 11 décembre 2009

Il y a quelques années, j’avais vu THE PROPOSITION, un film écrit par Nick Cave et réalisé par un gars dont je n’avais jamais entendu parler, John Hillcoat. Comme THE PROPOSITION était une merveille, j’attendais avec impatience son film suivant. Mais comme il était passé à Hollywood, je me disais que ce serait –comme bien d’autres avant lui– un réalisateur perdu. Je me suis trompé. Hier, j’ai vu THE ROAD. Adapté du roman du même nom de Cormac McCarthy, THE ROAD est le parfait exemple de ce que le cinéma devrait être: sans concessions. THE ROAD est le film le plus dérangeant que j’ai vu depuis longtemps. Sur IMDB, il est dans les catégories aventure, drame et thriller alors que c’est un putain de film d’horreur. Si les portes ouvertes dans les années 70 par Romero, Hooper, Carpenter ou Cronenberg n’avaient pas été refermées par les médiocres qui ont suivit, le cinéma d’horreur aurait atteint la maturité de THE ROAD. THE ROAD raconte l’histoire d’un homme et son fils traversant les États-Unis dévastés par une catastrophe. Plus rien ne pousse nulle-part, les animaux sont morts et les rares survivants sont devenus cannibales. THE ROAD est un film d’une tristesse et d’un désespoir phénoménal. Il y aurait plus de réalisateur comme John Hillcoat, j’irais plus souvent au cinéma.

The-Road_defaultbody
The-Road_1_defaultbody
The-Road_2_defaultbody
The-Road_3_defaultbody
The-Road_4_defaultbody
The-Road_5_defaultbody

Commentaires (5) Tags : Bons Goûts - Film - Horreur

Sherlock Batman

mardi 8 décembre 2009

Comme tous les habitants de cette ville, j’ai un ami qui a un ami qui a un ami –etc– qui vote pour les OSCARS et qui reçoit tous les films en DVDs directement des studios. Grâce donc à ce subtil tissu de relations, chaque année, à cette période, j’ai l’occasion de voir des films avant qu’ils ne sortent en salle. J’ai donc eu l'immense “privilège” de voir SHERLOCK HOLMES hier soir. Je n’ai rien contre les remakes, les reprises ou les suites. Ça permet aux œuvres originales de rester en vie et si quelqu’un ne voit pas la différence entre les originaux et les remakes, tant pis pour lui. Mais ce SHERLOCK HOLMES est différent, c’est d’un tout autre niveau. Ce film apporte à l’expression “se retourner dans sa tombe” une toute autre dimension. Arthur Conan Doyle doit s’y agiter comme personne. Les businessmen qui ont fabriqué ce film ont transformé Sherlock Holmes et le Dr. Watson en champions de Kung-Fu et ça bastonne non-stop dans tous les coins. Sherlock n’hésite jamais à sauter par la fenêtre et de toit en toit. Le but semble avoir été de transformer Sherlock Holmes en Batman. Les méchants ont des têtes de méchants –avec des cicatrices– les gentils ont des têtes de gentils et la fille est belle et a de gros seins. Il y a des tas d’explosions, des trucs qui cassent, des bateaux qui coulent etc. Au bout d’une heure, en regardant Robert Downey Jr. s’agiter, je me suis souvenu de Peter Cushing dans THE HOUND OF THE BASKERVILLE et j’ai arrêté de regarder cette merde.

Sherlock-Batman_defaultbody

Commentaires (11) Tags : Défouloir - Film

Halloween 2009 - La Chose

mardi 20 octobre 2009

THE THING FROM ANOTHER WORLD –LA CHOSE en français– est un film qui m’a traumatisé. La première fois que mes parents nous ont laissés seuls le soir, mon frère et moi, ma mère nous a dit avant de partir de surtout ne pas regarder le film d’horreur qui passait ce soir-là. Avec le recul, je me demande parfois ce qui a pu passer par la tête de ma mère pour nous dire ça. Était-elle vraiment si naïve? La première chose qu’on a faite, c’est allumer la télé. Le film était présenté par la speakerine comme l’histoire d’un homme légume qui avait la faculté de faire repousser ses membres, elle le comparait à une “carotte géante”... Je me demande aussi ce qui se passait dans sa tête pour faire ce genre d’affirmation. Mon frère, plus jeune que moi, a vite déclaré forfait et je me suis retrouvé seul devant THE THING FROM ANOTHER WORLD et à côté d’une grande baie vitrée dont j’avais oublié de fermer les tentures. C’était une soirée de cauchemar, ce film terrifiant et la certitude que le monstre du film était en train de me regarder au travers de la vitre. J’ai regardé fixement le film jusqu’au bout sans oser tourner la tête et je suis resté dans cette position jusqu’au retour de mes parents. THE THING FROM ANOTHER WORLD est un chef d’oeuvre!

Halloween-2009-La-Chose_defaultbody
Halloween-2009-La-Chose_1_defaultbody
Halloween-2009-La-Chose_2_defaultbody
Halloween-2009-La-Chose_3_defaultbody
Halloween-2009-La-Chose_4_defaultbody
Halloween-2009-La-Chose_5_defaultbody

Commentaires (4) Tags : Bons Goûts - Horreur - Vie Privée - Film

Halloween 2009 - Lucio Fulci

dimanche 18 octobre 2009

Comme on s’approche tout doucement d’Halloween, je vais faire quelques posts sur une de me plus grandes passions: l’horreur –la fausse, pas la vraie. C’est en 1979 que ça a vraiment commencé pour moi. Je ne sais pas pourquoi, mais il FALLAIT que je voie des films d’horreurs. Malheureusement, ils étaient tous interdits aux moins de seize ans et j’en avais quinze. Après m’être vu refusé l’entrée de plusieurs cinémas, j’ai mis au point une ruse parfaite: venir au cinéma avec un casque de moto. Comme il fallait seize ans pour rouler à moto, j’avais forcément l'âge de voir les films que je voulais voir. C’était d’une naïveté consternante, mais ça marchait. J’achetais mon ticket le casque sous le bras et personne ne m’a plus jamais demandé mon âge. Je me souviens que je faisais même la tête de quelqu’un de seize ans. Ne me demandez pas quelle est la différence entre la tête qu’on a à seize ans et à quinze, mais à l’époque ça m’avait semblé évident. Mais je m’égare. C’est à quinze ans que j’ai vu une série de films qui m’ont marqué et que je continue à aimer qu’ils soit bons ou mauvais, SQUIRM, DRACULA (celui avec Frank Langella), THE BROOD, DAWN OF THE DEAD, JAWS II, PHANTASM, ALIEN et de nombreux autres comme l’incroyable ZOMBIES FLESH EATERS du phénoménal Lucio Fulci. J’en avais déjà parlé mais tant pis. Lucio Fulci était un réalisateur Italien qui avait fait plus de trente films avant de faire son premier film gore à 52 ans. Entre 1979 et 1981, il a fait cinq films d’horreurs magnifiques dont le ZOMBIES FLESH EATERS qui m’a tant marqué. C’est un film d’exploitation destiné à surfer sur la vague de succès du DAWN OF THE DEAD de Romero. Mais, en plus de faire son travail de film d’exploitation, Fulci s’est révélé être un véritable maître de la pourriture. Je crois que je n’ai jamais vu quelqu’un filmer le pourri avec autant de fascination. C’est d’ailleurs un thème qui va revenir dans certains autres de ces films. Si vous n’avez jamais vu ZOMBIES FLESH EATERS, vous devriez.

Halloween-1_1_defaultbody
Halloween-1_2_defaultbody
Halloween-1_5_defaultbody

Commentaires (6) Tags : Bons Goûts - Horreur - Vie Privée - Film - Lucio Fulci

Forbidden Planet

vendredi 2 octobre 2009

Tout le monde le sait, FORBIDDEN PLANET est le plus beau film du monde et ceux qui en doutent ont tort. Tout y est beau, les décors, les acteurs, Robby le robot, la soucoupe volante, la musique, etc. Tout. Et si vraiment, quelqu’un en doute encore, voici une série de photos réalisées pour la presse au moment de la sortie du film.

Forbidden-Planet_defaultbody
Forbidden-Planet_1_defaultbody
Forbidden-Planet_2_defaultbody
Forbidden-Planet_3_defaultbody
Forbidden-Planet_4_defaultbody
Forbidden-Planet_5_defaultbody

Commentaires (12) Tags : Bons Goûts - Science-Fiction - Film - Photo

Jerry Savini

vendredi 18 septembre 2009

Quand j’étais jeune –très jeune– j’étais fasciné par les films d’horreurs au point que j’étais sûr de ce que j’allais faire dans la vie, j’allais devenir réalisateur et j’allais faire aussi bien que mes héros de l’époque, George Romero, David Cronenberg, John Carpenter ou Lucio Fulci. Pour entrer dans le métier, j’avais un plan brillant: faire des effets spéciaux –à l’époque mécaniques. Mon livre de chevet était GRANDE ILLUSION un guide des différentes techniques d’effets spéciaux écrit pas l'immense Tom Savini. Le soir, j’essayais, avec mon anglais de l’époque, de comprendre ce que racontait l’auteur. En retrouvant le bouquin tout à l’heure, je me suis demandé ce qui me passait par la tête à l’époque... Peut-être que je pensais que pour épater les filles, il suffisait de les emmener voir DAWN OF THE DEAD en leur expliquant comment c'était fait.

Jerry-Savini_defaultbody
Jerry-Savini_1_defaultbody
Jerry-Savini_2_defaultbody
Jerry-Savini_3_defaultbody
Jerry-Savini_4_defaultbody
Jerry-Savini_5_defaultbody

Commentaires (4) Tags : Bons Goûts - Vie Privée - Film - Horreur - Tom Savini

Pocket Ninjas

vendredi 21 août 2009

Les Japonais m'énervent, ils croient avoir tout inventé. Les ninjas par exemple, tout le monde pense que c'est japonais, et bien pas du tout, c'est américain. En 1997, alors que personne ne savait où se trouvait le Japon, Dave Eddy réalisait POCKET NINJAS, un film visionnaire et injustement méprisé par la critique. Chef d'œuvre des films de revanche avec l'immense Robert Z'Dar dans le rôle du méchant Cobra Khan, ce film bouscule les fondements du cinéma d'action familial.  

Pocket-Ninjas_defaultbody

Commentaires (6) Tags : Zone Z - Film

Atragon

vendredi 3 juillet 2009

Je mentirais si je vous disais que j'ai vu ATRAGON, je crois même que je n'en avais jamais entendu parler avant aujourd'hui–je connaissais juste le sous-marin qu'on voit dans le film. C'est pourtant devenu mon film favori. Jusqu'à ce que j'ai la chance de le voir, bien entendu.

Atragon_defaultbody
Atragon_1_defaultbody
Atragon_2_defaultbody
Atragon_3_defaultbody
Atragon_4_defaultbody
Atragon_5_defaultbody

Commentaires (7) Tags : Bons Goûts - Science-Fiction - Film