×

Lou - Version Originale

Lou, la blondinette de la bande

8,50 €

Moko - Version Originale

Ready for the battle

8,50 €

Molly - Version Originale

La première fille Muttpop est jolie et fière, comme nous quoi !

37,00 €

Molly - Version Xtra Spicy Twilight

Molly dans une version inspirée par l'animation japonaise

40,00 €

Tequila - Version Originale 2.0

Il revient et il n'est toujours pas content

55,00 €

Show and Tell - le blog de Jerry Frissen

Le Blog de Jerry Frissen

Retrouvez le blog de Jerry sur le site de Muttpop : www.muttpop.com

Liste des billets

Mon Secret 2

jeudi 17 décembre 2009

Voici une autre des publicités que j’ai faite étant enfant. J’ai toujours rigolé quand on me parle de l’utilité de la pub et puis en voyant ça, je me demande si je ne me suis pas trompé. Je crois que j’ai été très influencé par cette pub. Je n’ai jamais acheté le moindre tapis en laine, par contre m’avoir fait porter un chapeau de cowboy pendant de longues heures sous les spots brûlants a sûrement jeté les bases de ma passion pour l’ouest américain. De même que si je suis devenu un membre de la NRA et un militant actif contre les lois qui empêchent la possession d’armes d'assaut –mitraillettes, mitrailleuses et bazookas–  vient probablement de cette merveille de la technologie humaine qu’on m’a mise en mains. Et puis, comme vous pouvez le constater, j’avais déjà une certaine influence à Hollywood puisque le personnage de DENNIS THE MENACE est clairement inspiré de ma personne.

Mon-Secret-2_defaultbody
Mon-Secret-2_1_defaultbody

Commentaires (3) Tags : Vie Privée

Mon Secret

mardi 15 décembre 2009

Beaucoup se posent des questions à mon sujet et c’est bien normal. Qui est donc ce mystérieux Jerry? Quel est le secret derrière sa carrière météorique dans la littérature dessinée? Les plus naïfs se diront que c’est une question de talent et les plus aigris penseront que j’ai fait chanter quelqu’un. Les deux auront raison et tort en même temps. La réussite, c’est avant tout une question de physique. Ceux qui suivent ma page facebook s’en doutaient puisqu’ils ont accès aux nombreuses photos de moi sur la plage. Sans mon sourire carnassier, ma chevelure de lion, mon regard de dromadaire et mon corps de zébu, je ne serais jamais arrivé là où je suis dans ce monde impitoyable où les laids n’ont pas de chance. Mes parents dans leur grande sagesse avaient décidé, et ce  dès mon plus jeune âge de faire de moi une icone de la beauté. Étant enfant, j’ai été mannequin pour des publicités... J’en ai fait plusieurs et hier, je suis retombé sur cet incroyable document. Voici donc un document historique, le jeune Jerry –alors qu’il s’appelait encore Thierry– posant pour une publicité pour les confitures FORT. Il y en a eu d’autres, je les poste dès que je les retrouve.

Mon-Secret_defaultbody

Commentaires (4) Tags : Vie Privée

Necronomicons ensemble

mardi 15 décembre 2009

Ce matin, j’attendais quelqu’un dans son bureau et en fouillant ses affaires –je suis comme ça– je suis tombé sur un exemplaire du NECRONOMICON de HR Giger. En revenant chez moi, je me suis mis à la recherche de mon exemplaire et j’ai passé une bonne partie de l'après-midi à le feuilleter. Je me suis souvenu que mon père me l’a offert pour Noël quand j’avais seize ans et je me suis demandé ce qui lui passait par la tête pour m’offrir un tel cadeau. Je ne lui en veux pas, bien au contraire et comme il arrive ici dans deux jours, je vais avoir une conversation avec lui à ce sujet. En attendant, voici quelques pages du phénoménal NECRONOMICON.

Necronomicons-ensemble_defaultbody
Necronomicons-ensemble_1_defaultbody
Necronomicons-ensemble_2_defaultbody
Necronomicons-ensemble_3_defaultbody
Necronomicons-ensemble_4_defaultbody
Necronomicons-ensemble_5_defaultbody

Commentaires (9) Tags : Bons Goûts - Science-Fiction - Horreur - Peinture - HR Giger

Rien

lundi 14 décembre 2009

Comme il pleut à l’intérieur de la maison, et qu’on est entre deux tempêtes, j’ai passé une partie de la journée sur le toit à boucher les trous. C’était chiant comme la mort mais au moins j’ai fait de belles photos.

Rien_defaultbody
Rien_1_defaultbody
Rien_2_defaultbody
Rien_3_defaultbody
Rien_4_defaultbody
Rien_5_defaultbody

Commentaires (4) Tags : Vie Privée

The Road

vendredi 11 décembre 2009

Il y a quelques années, j’avais vu THE PROPOSITION, un film écrit par Nick Cave et réalisé par un gars dont je n’avais jamais entendu parler, John Hillcoat. Comme THE PROPOSITION était une merveille, j’attendais avec impatience son film suivant. Mais comme il était passé à Hollywood, je me disais que ce serait –comme bien d’autres avant lui– un réalisateur perdu. Je me suis trompé. Hier, j’ai vu THE ROAD. Adapté du roman du même nom de Cormac McCarthy, THE ROAD est le parfait exemple de ce que le cinéma devrait être: sans concessions. THE ROAD est le film le plus dérangeant que j’ai vu depuis longtemps. Sur IMDB, il est dans les catégories aventure, drame et thriller alors que c’est un putain de film d’horreur. Si les portes ouvertes dans les années 70 par Romero, Hooper, Carpenter ou Cronenberg n’avaient pas été refermées par les médiocres qui ont suivit, le cinéma d’horreur aurait atteint la maturité de THE ROAD. THE ROAD raconte l’histoire d’un homme et son fils traversant les États-Unis dévastés par une catastrophe. Plus rien ne pousse nulle-part, les animaux sont morts et les rares survivants sont devenus cannibales. THE ROAD est un film d’une tristesse et d’un désespoir phénoménal. Il y aurait plus de réalisateur comme John Hillcoat, j’irais plus souvent au cinéma.

The-Road_defaultbody
The-Road_1_defaultbody
The-Road_2_defaultbody
The-Road_3_defaultbody
The-Road_4_defaultbody
The-Road_5_defaultbody

Commentaires (5) Tags : Bons Goûts - Film - Horreur

Frank Frazetta vs. Frank Frazetta

vendredi 11 décembre 2009

Frank Frazetta ne cesse de m'étonner. Alors que je le croyais mort depuis longtemps, j’ai appris récemment qu’il était toujours en vie –tant mieux pour nous. Aujourd’hui je lis que Frank Frazetta, le fils du premier vient d’essayer de vider le musée de son père de toutes les toiles qui s’y trouvent. La police l’a arrêté alors qu’il mettait les toiles dans son SUV. Le talent n’a pas l’air de passer de génération en génération chez les Frazetta. Le juge réclame $500.000 de caution pour la libération du fils, que le père refuse de payer.

Frank-Frazetta-vs-Frank-Frazetta_defaultbody

Commentaires (1) Tags : Americana - Frank Frazetta

Beuark

mercredi 9 décembre 2009

J’ai eu un prof de littérature qui nous disait que toutes les lectures étaient profitables. Ça m’a pris du temps, mais je crois que je peux enfin affirmer qu’il avait tort. Je suis tombé hier sur un numéro de GALA et je crois que mon prof n’imaginait pas à quel point il se trompait. J’avais oublié l’existence de GALA et me retrouver face à ça, c’est un peu comme dans ces films où le tueur sort de prison et retrouve sa victime. La bête ignoble est toujours en vie et m’a poursuivie au bout du monde. On pourrait se dire qu’il vaut mieux lire GALA qu’être aveugle. Mais en fait, non, il vaut mieux être aveugle et sourd aussi, tant qu’on y est.

À l'intérieur de ce torchon, entre autres “articles”, un interview de Corneille et Sofia, un couple de célébrités –canadienne je crois– qui fait de la musique. Corneille? Il y a vraiment quelqu’un qui s’appelle Corneille? Si j’en avais rencontré un étant ado, je crois que j’y aurais mis le feu. C’est d'ailleurs la même envie qui me prend quand je vois leur photo de bonheur baveux, et quand je lis leur petite philosophie positive de bourgeois minable. “Nous avons hâte de vieillir ensemble!” Bande de cons, moi, j’ai hâte de vous voir crever ensemble. Sur la photo, Corneille joue de la guitare pour Sofia. Ça ne vous donne pas envie de vomir? De vous arracher les yeux? De vous couper la tête? Qu’est-ce qui arrive à une culture pour qu’on publie des abominations comme GALA? Qu’est-ce qui se passe pour qu’en soit réduit à ça?

En voyant Sarah Palin, je pensais que les Américains étaient à la pointe de la dégénérescence culturelle, mais GALA prouve qu’ils n’en ont pas l’exclusivité. La France se pose en solide challenger. Amis français, vous avez fait une révolution qui a inspirée le monde, ne serait-il pas temps d’en faire une nouvelle? Attrapez Corneille et Sofia lors de leur prochain séjour chez vous et brûlez ces mirages abjects sur un bûcher fait avec des exemplaires de GALA. Imaginez l’incroyable retombée positive sur le monde. Toutes ces prétendues célébrités, ces artefacts odieux de l’humanité fermeraient définitivement leur gueule, on n’aurait plus à voir leur vomis de pseudo-bonheur abject et ces magazines immondes qui transforment les cerveaux en merde liquide disparaîtraient. En fait, ce que mon prof de littérature aurait du nous apprendre, c’est l’usage d’un bon briquet.

Beuark_defaultbody

Commentaires (11) Tags : Défouloir

Fonctionnaires de tous pays unissez-vous

mercredi 9 décembre 2009

La semaine passée, j’ai accompagné un ami dans une administration. Ça m’a rappelé comme je détestais les administrations... C’était dans un immeuble minable de Downtown LA et comme c’était en rapport avec l'immigration, il y avait des fonctionnaires en uniforme, du genre de ceux de la police. Ils étaient tous extrêmement gentils, mais quand on a passé 36 ans dans les méandres administratifs kafkaïens de la Belgique, ça ne suffit pas. Ça m’a rappelé ce cauchemar interminable de paperasses inutiles qu’il fallait aller chercher dans un bureau pour les apporter dans un autre. Ça m’a rappelé ces fonctionnaires abrutis traînant en pantoufles dans des couloirs sans fins... Bref! J’attendais mon pote dans une grande salle presque déserte et j’ai eu un accès de paranoïa. Je ne sais même pas pourquoi, mais j’ai pensé que toutes les caméras de sécurité étaient braquées sur moi et que j’allais me faire arrêter. J’ai commencé à analyser les lieux, à repérer les positions des caméras en repérant leurs angles morts et en me demandant comment j’allais faire pour fuir. Je me demandais quel était le plus court chemin jusqu’à ma voiture et si c'était une bonne idée de la récupérer. En regardant les baies vitrées, je me suis même demandé si les gardiens tireraient au travers. Ce n’est que quand mon pote est revenu que je me suis rendu compte de ce à quoi j’étais en train de penser et je suis retourné dans mon corps. En sortant de cet immeuble, je me suis dit qu’un quart d’heure dans une administration suffisait à me faire retourner à l’état sauvage. Tout ce que je voulais, c'était vivre dans une cabane loin de la civilisation.

Fonctionnaires-de-tout-pays-unissez-vous_defaultbody

Commentaires (7) Tags : Vie Privée