×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

Ditko "Edge of Genius", pure imagination

mercredi 22 avril 2009 par "Jean-Pierre Dionnet "

Dans la même série que « Torchy », un volume de Ditko :
« Edge of Genius ».
Il y a également dans la même série de très beaux Alex Toth que je vous invite à trouver.
Dans ce très joli volume, on retrouve toutes la palette du dessin incroyablement oppressant, si particulier de Ditko, hors Marvel, avec des histoires d’horreur, visages déformés, ombres expressionnistes, gestuelle obsessionnelle : sa manière de faire toutes les dents, de contorsionner les corps, de donner à tous les personnages des doigts de pianistes fous.

Ditko1_defaultbody

Il y a du western, de l’exotisme (d’horreur), de la science fiction (d’horreur) et même, cela n’a pas dû plaire à Steve Ditko, étrange personnage dont on ne voit aucune photo, qui ne donne aucune interview et qui ne va dans aucune Convention, une des bandes dessinées qu’il réalisa au temps où il partageait son studio avec Stanton, maître du sado-maso sur commande, et du Broadway coquin de l’époque, l’aidant à encrer quelques planches. Car ce dessinateur fou également moraliste, à la manière de Ayn Rand (nous en reparlerons à propos d’un livre qui lui est consacré), n’aime pas qu’on évoque son court passé dans l’érotisme même si son dessin est facilement reconnaissable.

D’un autre côté, je trouve ça d’une parfaite cohérence,
car Angleterre victorienne aidant et quelques secrets d’alcôve historiques ayant été révélés, ce sont souvent chez les juges, les magistrats, les gens rigoristes qui connaissent le bien et le mal, le noir et le blanc grâce aux internats et aux brimades subies dans la jeunesse et dans les pensionnats, que certaines personnes bien propres sur elles dans le monde extérieur, que ce soit en Angleterre ou au Japon principalement mais aussi partout ailleurs, se retrouvent, figures d’autorité, aimant bien devenir esclaves sado-maso ou souberettes, le temps d’une séance torride dans les bas fonds de Soho ou de Shinjuku.

Ditko lui, s’est contenté d’en dessiner, pour aider un copain,
on ne lui en voudra surtout pas.

Ditko2_defaultbody