×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

Cowboy Angels, 1ère partie

mardi 28 avril 2009 par "Jean-Pierre Dionnet "

De Paul McAuley aux éditions Robert Laffont.

Il me semble vous l’avoir déjà dit à propos de « Eifelheim » de Michael Flynn, mais sinon je vous le redis, l’éditeur qui a le mieux compris ce qu’il fallait faire pour les lecteurs de science fiction et pour maintenir la science fiction en vie, en ne rééditant pas sans cesse des « Space Opera » que nous avons déjà lus, et qui a le mieux accepté l’évolution du genre vers une certaine impureté, signe des temps, et cacochyme comme moi, c’est Gérard Klein, et de plus il a eu la sagesse de revenir aux couvertures d’origine, toutes argentées, un peu psyché, un peu 70, sans les dessins affreux qu’on trouve partout et que lui-même a, à un moment, utilisés.
Salut Gérard Klein et merci de me rappeler que la science fiction est vivante.

En effet, je me réunis souvent, en un club assez fermé de deux avec Moebius, pour parler des livres que nous avons lus et que nous échangeons. Or, depuis bien longtemps, nous nous conseillons essentiellement des livres policiers. Moebius ne lit plus de science fiction et chaque fois que je lui en ai donné, ça lui est tombé des mains. Il me conseille presque toujours des polars, toujours à bon escient. Et moi, ayant presque abandonné de lui proposer de la science fiction, maintenant que je lui ai parlé de «Eifelheim » et j’attends sa réaction, et je peux lui parler de « Comboy Angels », je me dis que le combat n’est peut-être pas perdu.

Mais il est vrai que quand il me parlait avec nostalgie (il lisait la science fiction de l’Age d’Or avant moi et a connu l’éclosion des grands maîtres en France), je n’ai trouvé qu’un cycle obligatoire, alors qu’il y en a des milliers, à lui conseiller, c’était celui de « Ender » de Orson Scott Card.

S’il a décroché de la science fiction, il a peut-être aussi d’autres raisons valables, quand on en écrit on n’a pas forcément envie d’en lire, et moi qui reviens à la bande dessinée de science fiction justement, j’évite l’anticipation afin de ne pas être influencé consciemment ou inconsciemment.

Mais j’étais là pour vous parler de « Cowboy Angels », abandonnons les considérations générales, on y revient demain.

Moycouv_defaultbody
Commentaires (1)