×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

Westerns Fantastiques : "Purgatory" de Uli Edel

mercredi 27 mai 2009 par "Jean-Pierre Dionnet "

Il y a eu, on le sait, quelques westerns fantastiques au cinéma et non des moindres. Qu'ils soient gothiques comme l’admirable « L’Homme sauvage » de Mulligan ou le dérangeant « Will Penny » de Tom Gries - qu’on aimerait bien trouver un de ces jours en DVD - ou purement fantastiques, comme « Dans les griffes du vampire » de Edward Dein où l’habituel gunfight finissait de manière rigolote, puisque l’ennemi du vampire, tireur d’élite, l’abattait d’une balle en plein cœur ou du moins croyait l’abattre. Le vampire recevait la balle, faisait un tss tss, puis descendait l’autre.

Il y en a eu de fantastiques visuellement, au sens baroque, comme le très joli western polonais en sépia et à bicyclette « Lemonade Joe », des mystiques comme « Hex » devenu invisible aujourd’hui au sens propre et figuré, ou l’étrange « Zacharia » qui a pris lui aussi un coup de vieux. Je crois cependant qu’il n’y a jamais eu d’équivalent jusqu’à présent à « Purgatory », qui n’est hélas pas sorti en France pour l’instant et qui est dû au passionnant Uli Edel qui a le même âge que moi, à quelques mois près. Il est donc allemand. Et dans l’indifférence générale, il n’arrête pas de tourner des choses passionnantes.

Il a commencé comme scénariste. Il a par exemple écrit et réalisé un premier film qui a fait du bruit en son temps « Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée… », le très baroque et plutôt mieux que dans mon souvenir « Last Exit to Brooklyn », lyrique adaptation du livre de Selby. Il a réalisé deux épisodes de « Twin Peaks », deux de « Homicide » et travaillé sur d’autres séries télé ainsi que sur pas mal de téléfilms dont un très bon, dans mon souvenir, sur Mike Tyson et récemment pour la télé, encore un « Jules César », une version des Nibelungen « L’Anneau sacré », et tout dernièrement « La Bande à Baader » que j’ai raté pour l’instant, mais je compte me rattraper.

« Purgatory » est un chef-d’œuvre absolu.

C’est l’histoire d’une bande de gars qui arrive dans une petite ville de l’ouest comme les autres, ou presque, elle s’appelle Refuge. Le shérif ne porte pas d’armes, personne ne porte d’armes, il n’y a pas de prison et un des visiteurs, lecteur de « dime’s novels » (ces fassicules populaires qui, inventant beaucoup, ont créé la légende de l’Ouest) a la vague impression que les habitants ressemblent à des gens dont il connaît la vie fantasmée.

Impossible, puisqu’ils sont tous morts depuis longtemps : Will Bill Hickok, Doc Holliday, Jesse James et même Billy the Kid.

Je ne veux évidemment pas vous raconter l’histoire. Les acteurs sont formidables, y compris Eric Roberts qui tient tête vaillamment à Sam Shepard, qui n’a fait que se bonifier avec le temps. Cela nous rappelle quelques apparitions récentes dudit Eric Roberts qui fut LA grande star des années 80 avant de faire un peu tout et n’importe quoi, dans quelques séries télé et des films bis où il demeurait un excellent acteur la plupart du temps. Espérons pour lui un retour à la Mickey Rourke : il le mérite. Et pourquoi pas les deux ensemble, ce serait une belle ironie historique car Mickey Rourke et Eric Roberts formait un duo génial, genre « L’Epouvantail » (« Scarecrow »), de paumés dans « Le pape de Greenwich village ».

A part ça et pour vous donner envie, je dirais que je prête de temps en temps des DVD’s à Gir, le dessinateur de « Blueberry », à Moebius je prête d’autres choses et nous faisons des échanges, mais je crois me rappeler que celui-là, Moebius et Gir ont tous les deux aimé et ont failli ne pas me le rendre!

Purgatory_defaultbody
Commentaires (1)