×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

DE KILL BABY KILL A GENERATION KILL (1ère partie)

lundi 22 juin 2009 par "Jean-Pierre Dionnet "

Le titre qui précède est évidemment mensonger et destiné à vous attirer, car il n’y a absolument rien à voir entre ce dont je vais vous parler (Génération Kill) et le joli film dingo de Russ Meyer, à part l’utilisation maline du mot « Kill », histoire de vous attirer (et qui reviendra d’ailleurs dans un autre film de Russ Meyer « Faster, Pussycat ! Kill ! Kill ! »).

En fait ce n’est pas si con : cela pourrait déboucher sur une comparaison d’époques différentes qui ont engendré des cinémas agressifs différents, mais ce n’est pas mon propos aujourd’hui.

Comme vous le savez déjà, « Sur écoute » (« The Wire ») est une série télé de David Simon qui remet de manière terrifiante, à l’heure, les pendules de la vie.

Entre une première saison où, du côté de la police, nous découvrons les désordres et les terreurs provoqués dans la communauté noire banlieusarde, par la drogue, côté consommateurs, vendeurs ou simples spectateurs.
La deuxième saison « à l’écart », vision désenchantée d’un monde en perdition, celui des docks, chers à Elia Kazan et à Jules Dassin, où, là aussi la seule solution pour survivre, est de ne pas respecter tout à fait la loi.
La troisième saison inverse les situations et les valeurs de la première et nous découvrons qu’il y en a (des valeurs différentes), chez les dealers de banlieue : ces enfants noirs sans avenir ne peuvent pas tous devenir basketteurs ou rappeurs. Il faut bien qu’ils s’en sortent, et au bout du compte, on découvre que les flics n’étaient pas blancs-bleus.

Depuis, David Simon a continué et fini par régler son compte aux quelques guenilles qui demeuraient du rêve américain, nous laissant dans la gadoue du monde où nous vivons et dont nous contemplons avec lui les désastres, au travers d’humains trop humains auxquels nous nous attachons, aussi perdus que nous. Un monde où il n’y a pas d’issue, pas de sortie, pas d’espoir. Je vous parlerai bientôt de la suite de « Sur Ecoute » et pour vous faire mieux comprendre l’importance de cette série, je vous signalerai que deux des meilleurs écrivains actuels de polars, George Pelecanos et Dennis Lehane l’ont rejointe pour écrire des épisodes tous aussi parfaits que ceux de David Simon. Oui, le Dennis Lehane qui fut adapté par Clint Eastwood dans « Mystic River » mais qui ne participa pas à l’adaptation dudit film.

Simon, profitant de son statut d’auteur / producteur à succès, vient d’ailleurs de se mettre en péril, à propos de la guerre en Irak. En effet, il a commis, dans tous les sens du mot, une mini série terrifiante qui n’a que sept épisodes sur la manière sidérante dont de jeunes américains, qui ne savent pas pourquoi, vont en Irak. Pays dont ils ignorent tout, même où ça se trouve et ne comprennent rien à l’engrenage dans lequel ils se trouvent pris, se croyant horlogers venus réparer la montre et finissant prisonniers de la machine comme Charlot dans « Les Temps modernes ».

La suite demain.

Generation-kill_defaultbody
Commentaires (1)