×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

Dans le jeu des 7 familles, je prends la famille séries télé

jeudi 24 décembre 2009 par "Jean-Pierre Dionnet "

En effet, pendant longtemps, et maintenant ils me manquent, j’ai été un Soprano par procuration, m’identifiant tour à tour à Tony et à son fils : comme Tony, j’avais envie de regarder voler les canards sauvages et d’abandonner toutes les responsabilités, et comme son fils, je n’avais pas voulu reprendre l’épicerie familiale.

Il y a peu de séries d’ailleurs qui me donnent cette impression de familles recomposées ou de familles d’accueil, la plus évidente pour tous, mais justement tellement évidente qu’on l’oublie parfois, c’est évidemment « Les Experts », pas ceux de New York, pas ceux de Miami, mais ceux de Las Vegas.

DansLeJeuDes7Familles_defaultbody

Encore une fois je me trouve en phase avec Alain Resnais dont je lisais régulièrement les interviews et que je ne vois plus, mais je remarque que nos parcours de lecture et de visionnage sont les mêmes, singulier destin trop peu croisé.

Car William Petersen, on voyait le coup venir à la saison huit, va nous quitter. Il n’est pas le seul d’ailleurs puisque précédemment sa fiancée est partie et puisque Gary Dourdan malmené par Friedkin, lui-aussi va disparaître, hélas pour de bon.

Ne voulant pas connaître la cuisine interne, je préfère voir dans cette évolution une décision personnelle de Petersen qui aura quand même tenu neuf ans : il est toujours producteur exécutif de la série, neuf ans ça fait beaucoup dans une vie, peut-être voulait-il passer à autre chose.

Moi, bêtement, j’espère qu’il reviendra un jour, pour croiser en quelque sorte son successeur, le vieux complice du « King of New York », Laurence Fishburne, qui d’ores et déjà s’avère être de poids à tous les sens du mot car il a un peu grossi mais ça lui va bien.

Comme je suis incapable de passer le temps nécessaire pour comprendre quand et où passent les séries télé américaines sur les chaines françaises, d’autant qu’elles changent parfois d’horaire, je préfère me taper les saisons entières, soit pour certaines qui m’intéressent moins quand sort le coffret français, soit pour quelques-unes essentielles dès que cela arrive en Amérique.

Je ne pourrais pas donc pas vous dire où nous en sommes à la télévision française mais mon conseil est quand même d’éviter le doublage : la série télé est souvent plus proche du théâtre que du cinéma, les voix, les intonations et la manière de scander sont vitales et dans ce nouveau coffret, par erreur puis par perversion, j’ai regardé un épisode entier en version espagnole, les américains prévoient toujours une version espagnole puisqu’un tiers des américains sont maintenant d’origine espagnole, et je peux vous dire que c’est une expérience extrêmement rigolote mais quelque peu navrante car dans le doublage, les acteurs s’énervaient à contre temps.

J’oubliais un point d’importance : le 200ème épisode est dû à William Friedkin et sur un scénario très étrange, puisqu’on y évoque les catcheurs mexicains et le blue demon entre autres, les amateurs de bis sauront ce que je veux dire.

Comme d’habitude, il nous donne une leçon de mise en scène mais ce n’est quand même pas au niveau du formidable épisode de la saison huit, d’autant que la présentation un peu pompeuse, le générique étant changé à cette occasion, fait plutôt penser bizarrement à « L’Exorciste 2 » de John Boorman avec Pazuzu, plus qu’à « L’Exorciste » de Friedkin.

Dans la saison aussi, les amateurs de « Star Trek » vont en prendre pour leur grade.

Commentaires (3)