×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

Gianni De Luca, encore et toujours

mardi 23 février 2010 par "Jean-Pierre Dionnet "

Je reviens à De Luca encore à propos du livre « De Luca – Il Designo Pensiero » chez Black Velvet, écrit par la Hamelin Associazione Culturale.
(Un groupe de gens à qui l’on doit, entre autres, un livre sur Magnus et autres, dont un sur « Bonaventura » de Toffano, ce merveilleux héros lunaire de la bande dessinée italienne, scandaleusement ignoré chez nous jusqu’à aujourd’hui, cousin du Petit Prince et ancêtre involontaire de Tati, graphisme merveilleusement élégant, dynamique et cependant contemplatif).

Gianni-de-luca-1_defaultbody

Le livre sur De Luca est plein d’images de toutes les incarnations de cet artiste protéiforme et surtout réalise l’exploit de faire bien le tour de l’œuvre en choisissant des angles et des auteurs différents, un peu comme le faisait en littérature à leur époque les formidables « Cahiers de l’Herne ».

De l’élégance savante et pédagogique d’un article consacré aux années « Il Vittorioso » aux couvertures du « Giornalino », à De Luca analysé comme convergence de la bande dessinée populaire et de la bande dessinée d’auteurs, ou à propos de la noblesse du mouvement dans la seconde partie de l’œuvre du maître, en passant par le fait que Spada chroniquait l’Italie du moment pendant que l’histoire elle-même, glauque, se déroulait, et en finissant par « le mystère De Luca » qui reste entier comme tout vrai mystère, malgré les explications brillantes de Luca Rafaelli, voici une belle Bio-bibliographie qui devrait aider encore à remettre De Luca à sa place, en haut du podium
et c’est encore grâce à Black Velvet.

Gianni-de-luca-2-bis_defaultbody

Gianni-de-luca-3_defaultbody


PS 1 : Et puis il y a toutes les couvertures pour Comic Art autour du personnage de Brick Bradford (Luc Bradefer chez nous rappelons-le) où il fait un peu comme Pinter sur Maigret : c’est « son Brick Bradford » mais en même temps il ressuscite toute la magie de la bande dessinée d’origine, dans toutes ses facettes.

PS 2 : J’oubliais « da Botticelli à de Luca » où l’on découvre que le Shakespeare stroboscopé de De Luca vient de Botticelli !

Gianni-de-luca-1-2_defaultbody

Gianni-de-Luca-6_defaultbody

Commentaires (1)