×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

A TRAVERS LE TEMPS de Robert Charles WILSON

mardi 27 juillet 2010 par "Jean-Pierre Dionnet "

                          Livre3_defaultbody

Les romans qui racontent les voyages dans le temps, il y en a tant, c’est presque un sous genre de la SF.

 

On pourrait avoir une bibliothèque consacrée uniquement à ce domaine où pour partie les choses se répètent avec les fameux paradoxes temporels qui sont désormais considérés comme des vérités. Qu’en sait-on ?

 

En effet c’est un peu comme la robotique de Asimov qui disait d’abord que les robots ne pouvaient pas faire de mal aux humains. Or, dans le monde réel, quand les robots sont arrivés, on a vu que leur premier but était justement de faire du mal aux humains.

 

Quand on voyagera dans le temps, on saura si c’est pareil pour les célèbres paradoxes temporels.

 

Le plus roman de voyage dans le temps que j’ai lu de ma vie reste « Le Carrefour des étoiles » de Simak.

 

Une histoire bucolique d’un homme qui vit seul, isolé, sans moyens apparents d’existence et qui pourtant est là.

 

On découvrira un jour qu’il est une espèce d’aiguilleur du temps et que venus de tout l’univers, des êtres divers, humains mais pas forcément, passent par sa station jusqu’au jour où il y a un accident et où un des voyageurs sort au grand jour et rencontre l’aiguilleur.

 

C’est l’écho de ce livre que j’ai retrouvé dans l’épatant ouvrage « A travers le temps » de Robert Charles Wilson, l’auteur passionnant de « Spin ».

 

C’est déjà un livre ancien puisque écrit en 1991 mais qui inexplicablement n’avait pas encore été édité en France.

 

C’est un très beau livre qui, comme celui de Simak (je me demande si Robert Charles Wilson a lu « Le Carrefour des étoiles », peut-être pas car il n’aurait peut-être pas osé faire ce livre sans doute), a les mêmes préoccupations intimistes, la même manière de considérer le voyage dans le temps par le petit bout de la lorgnette, le même amour de la nature qui demeure, quelque soient les époques évoquées : époques futures effrayantes ou époques passées dont les protagonistes ont concomitamment la nostalgie au moment où on les traverse.

 

L’histoire je ne vous la raconterai pas, elle vous emporte, tout doucement, c’est une excellente surprise, un livre qui aurait pu être écrit il y a trente ou quarante ans, au moment de l’Age d’Or de la science fiction.

 

Un livre intemporel, ce qui tombe bien vu le sujet.

Commentaires (1)