×
Feu de Thésée T2

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Interview de Tirso

vendredi 26 août 2011

Et voici une seconde interview, datant aussi d'avril 2010, cette fois du dessinateur Tirso :

sketch-libreta_original

Qu’est ce qui vous a donné envie de devenir dessinateur de BD?

Pour te dire la vérité… je ne sais pas. Je ne suis vraiment pas sûr du pourquoi j’ai commencé à dessiner des BD.
Quand j’étais enfant, mes parents ont toujours essayé de me pousser à lire. J’ai donc toujours eu des livres et des BD autour de moi. C’est peut-être aussi pour cela que depuis que j’ai commencé à dessiner, j’ai toujours essayé de raconter des histoires avec des photos. J’avais déjà essayé de créer une BD.

Je suppose qu'on s'habitue à cette culture "du livre" avec laquelle on a grandi et de la même façon on s'amuse avec lorsque l'on développe notre personnalité. Raconter une histoire devient alors beaucoup plus simple.


Pouvez vous expliquer votre méthode de travail, les étapes...?

Je suis très organisé.
Je lis le script, je prends des notes et j’en discute avec le scénariste. Je cherche les références visuelles dont j’ai besoin, je dessine un mini croquis que moi seul peux comprendre, puis je commence à dessiner. Parfois, je crayonne des choses dans un carnet pour les tester avant de les dessiner dans les pages finales.
Après avoir fini le crayonnage, je commence l’encrage. Ensuite, je scanne les pages et je les retouche sur l’ordinateur ou j'applique certaines textures si j’ai besoin de le faire. Je peux dessiner une page et ensuite commencer le crayonné d'une autre page avant l'encrage de la première mais je ne le fais jamais au delà de deux pages.

Et j’encre toujours dans l’ordre de lecture. Et pas autrement ! C’est une habitude assez folle que j’ai.

11022010517_defaultbody

11022010518_defaultbody

De quoi ou de qui vous êtes vous inspiré pour créer vos personnages, notamment les vampires ? L’ambiance ? Les paysages ?

C’est difficile d’expliquer d’où l’inspiration provient. Car il existe de nombreuses sources dont mes dessins proviennent et je suis sûr que j’ai utilisé beaucoup d’entres elles inconsciemment. Mais avant de commencer une nouvelle série, j’aime faire un travail très sérieux de pré-production.

Pour Le Manoir des Murmures, nous avons étudié les mythes et le folklore de nombreuses régions du monde à la recherche de monstres qui pouvaient avoir une origine infectueuse virale transmise par le sang. Nous avons essayé de les relier à la peur de la contagion via le contact d’animaux sauvages. Et il y avait beaucoup de possibilités.
Dans certains cas, j’ai basé mon travail sur des gravures d’anciennes bêtes. C’est le cas de "Chupacabras" (vous pouvez le voir dans le premier album). Pour les autres monstres, ils ont tous été inventé.

En ce qui concerne les vampires, j'ai toujours su ce que je voulais faire. L’idée principale sur laquelle nous avons travaillé lors de la création de l'intrigue était : «la monstruosité comme une maladie ». A partir de ce concept, j'ai vu les vampires comme des sangsues. C'est pourquoi, ils ont cette bouche en forme de spirale avec les dents et la langue pointues, leur élasticité particulière et leur couleur pâle.
D'autre part, Nosferatu de Murnau et l'esthétique expressionniste allemand m'ont aidé à trouver une approche plus réaliste de ces monstres. Bien sûr, je n'ai jamais pensé que mes monstres étaient romantiques.

Cette histoire, à la lecture, a transmis un halo magique à la réalité. Je devais représenter deux mondes complètement différents qui vivent ensemble d'une façon totalement naturelle. Donc, on retrouve le froid de la pierre et la sensation provenant des arbres morts mais également les grands arbres dans les bois ou les feux de Prague dans la nuit. C'est pareil pour la bibliothèque chaleureuse qui coexiste avec le laboratoire humide.

J'ai juste essayé de donner à chaque ensemble un regard objectif, le style et la vie de la scène, nécessaire. J'essaie toujours d'imaginer que je suis dans cet endroit. J'essaie de recréer cet environnement autour de moi (parfois je dessine des cartes qui me permettent de bouger à travers les lieux) et je cherche à être en mesure de le voir à travers les yeux du personnage mais aussi à travers les yeux d'un spectateur invisible.

11022010513_defaultbody

11022010515_defaultbody

11022010512_defaultbody

Tags : Making of - Interviews