×
Carthago

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Interview exclusive de John Difool pour Final Incal 3

jeudi 17 avril 2014

Quand j'ai su que j'allais devoir interviewer John Difool, mon sang n'a fait qu'un tour. John Difool, le héros de l'Incal ... Une superstar ! Je m'attendais à tomber sur un personnage haut-en-couleur, grandiloquent, voire hautain. Il n'en fut rien. John Difool est une personne adorable, qui a su rester simple malgré la célébrité. Rencontre.

Alors l'Incal c'est fini ! Parlez nous de votre réaction lorsque Alejandro Jodorowsky vous a annoncé la fin de l'aventure.

J'étais bien sûr un peu triste. Vous savez, malgré quelques changements, l'équipe de l'Incal est très soudée depuis plusieurs années. Nous travaillons toujours ensemble, et c'est un plaisir. Nous sommes comme une grande famille. Mais je pense aussi à l'avenir où je pourrais me concentrer sur d'autres rôles ! Pour l'instant, on ne me propose que des rôles de personnages un peu losers dans des productions SF mais qui sait ! Je rêve de jouer dans un drame intimiste, afin de prendre un peu de distance avec ce personnage que j'ai adoré jouer, mais dont l'image risque de me coller à la peau longtemps. C'est le risque de jouer dans des sagas, me direz vous ...

difool deepo

Vous avez retrouvé Kill et Gorgo dans ce dernier épisode, comment se sont passées les retrouvailles ?

C'était super ! J'étais vraiment content de retravailler avec ces deux là ! Avec Kill on s'est toujours bien entendu. On est toujours les premiers à déconner, et dès que la journée de travail se terminait, les fauves étaient lâchés ! On en a écumé des bars, Kill, Gorgo et moi. Et puis Gorgo est un type adorable, doublé d'un formidable acteur. Travailler avec ces personnes est un délice. En plus, après des jours à parlementer avec l'équipe, Gorgo a enfin eu sa scène d'amour. Le pauvre n'en pouvait plus, il rabâchait les oreilles de tout le monde avec ça ... Un vrai gamin ! Mais c'était très drôle. J'espère pouvoir retrouver vite une telle ambiance de travail.

À la manière d'un Eddy Murphy dans Professeur Foldingue, vous endossez plusieurs rôles dans Final Incal. Parlez nous de cette expérience.

C'était à la fois difficile et très amusant ! Nous avions déjà réalisé cet exploit dans l'Incal, lorsque je me retrouve dans un monde parallèle uniquement peuplé de mes clones ! Pour rappeler au lecteur, le premier tome de Final Incal se termine quand je me divise en quatre : votre serviteur -le John Difool que vous connaissez tous-, un ange, un prêtre et une sorte de bellâtre. La scène la plus difficile à tourner a sûrement été celle où mon Moi-ange se fait violer sous mes propres yeux. J'ai vraiment hésité à faire appel à une doublure. Et puis Jodo (Alejandro Jodorowsky, scénariste de Final Incal - NDLR) est venu discuter avec moi et m'a fait relativiser. Après tout, Louz est bien à moitié nue dans chacune de ses scènes ! Par souci d'équité, j'ai joué la scène, qui s'est en fait révélée très amusante. Je salue d'ailleurs le boulot de la post-production pour avoir si bien réussi ces scènes où je suis démultiplié. Les gars ont fait un travail admirable : on y voit que du feu !

Des rumeurs circulent sur une relation bien réelle entre Louz et vous. Alors, John Difool, on est amoureux ?

Ah ! On ne peut rien vous cacher ! (rires) Eh bien en effet, il faut croire que l'Incal nous a rapprochés. Ça m'a permis de m'assagir un peu, ces derniers temps j'avais un train de vie de Dom Juan. Il fallait que ça cesse. Louz m'a remis dans le droit chemin. On pense aller faire un voyage sur Planète Or. Mais je ne vous en dis pas plus, c'est du privé !

Capture d’écran 2014-04-03 à 17.23.47

À propos de "privé", comment êtes vous rentré dans la peau de ce personnage de détective ?

J'aime vivre à fond mes rôles, pour être le plus vraisemblable et le plus juste possible. Je me suis donc impliqué totalement, en suivant un détective privé pendant près de deux mois, puis en enquêtant à mon tour. Je me suis également imprégné de l'ambiance des bas-fonds en y emménageant, dans un conapt complètement insalubre situé pile en face de l'Anneau Rouge, ce bar connu pour être le plus minable et dangereux de Terra 2014. J'ai aussi vécu plusieurs jours en compagnie des mutants de Centre-Terra, vivant comme eux, mangeant avec eux ... Et j'ai finalement adopté Deepo, la mouette à béton, pour tisser avec elle une véritable relation amicale. Je me suis donné corps et âme pour ne faire plus qu'un avec ce personnage de détective minable de classe R.

Auriez-vous une dernière chose à dire à nos lecteurs ?

Allez acheter Final Incal ! Vous ne serez pas déçus, promis : je me suis donné à fond. Et toute l'équipe également : les acteurs bien sûr mais aussi Jodorowsky, Ladrönn et les Humanos que je salue tout particulièrement. Sans eux, je n'aurais jamais pu vivre une aventure aussi passionante que celle de l'Incal ! Dernier petit mot : Louz, si tu me lis, je t'embrasse !

Tags : Interviews