×
MasqueFudo

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Interview Carita Lupattelli - Première partie

samedi 6 juin 2015

À l'occasion de son passage à Geekopolis, nous avons rencontré Carita Lupattelli et nous en avons profité pour lui reposer quelques questions sur le premier cycle d'Izunas.

_DSC0437-1_defaultbody

Bonjour Carita, on se retrouve après la conclusion du premier cycle d'Izunas. Pour ceux qui découvrent juste votre œuvre, pouvez vous revenir sur vos influences ? Bande dessinée, livres, cinéma...

Plus jeune, j'ai essentiellement lu des mangas. J'ai grandi avec Dragon Ball, Ken le Survivant, Lamu, Ranma ½… À présent, je lis un peu de tout, des comics américains (je suis une fan inconditionnelle de Sandman et plus largement des histoires de Neil Gaiman) à la bande dessinée franco-belge et je continue bien entendu de lire des mangas. C'est devenu une habitude que je n'ai jamais perdue. Les histoires que je préfère lire, que ce soit en bande dessinée ou de manière générale sont les histoires de fantasy et d'aventures.

Interview2_defaultbody

En ce qui concerne le cinéma, peu importe que ce soit de la science-fiction, un drame ou un thriller, ce qui compte c'est que l'histoire soit intéressante et bien racontée. Les films de Clint Eastwood par exemple, ont des narrations admirables et arrivent à traiter leurs sujets avec profondeur. Mais mes films préférés sont ceux d'Indiana Jones, qui sont excitants et drôles et que je peux revoir en boucle sans jamais me lasser.

À titre personnel, j'aime aller au théâtre, particulièrement lorsque l'on joue les pièces de Shakespeare (NDLR : il y a un côté très "Roméo et Juliette" – ce couple vit une relation interdite – dans la relation de Kenshin et Aki). Les scènes de ces lieux sont des endroits magiques, je pense que tout le monde devrait y aller au moins une fois dans sa vie.

Qu'avez-vous puisé dans votre répertoire culturel pour dessiner Izunas ?Comment vous êtes vous documentée pour cette série ?

Capture-d-ecran-2015-05-27-a-17-05-52_defaultbody

Pour Izunas, j'ai essayé de ne pas trop lorgner vers le travail de Miyazaki pour éviter d'aboutir à quelque chose de trop ressemblant, parce que je suis inévitablement influencée par son travail. Mais si vous regardez la première planche du second volume, il y a un petit clin d'œil, vous allez découvrir qu'il y a un yokai tiré du Voyage de Chihiro (NDLR : il s'agit de l'homme-radis de l'ascenseur).


Pour rendre palpable l'atmosphère que j'avais imaginée (bien que ce ne soit pas très visible), je me suis inspirée de peintres de la fin du XVIIe, début du XVIIIe siècles tels que Friedrich, qui est par ailleurs un de mes peintres favoris. En ce qui concerne le crayonné et les couleurs, je me suis inspirée de l'éclectique James Jean.

À côté de cela, j'ai étudié des dizaines de livres de paysages japonais, de kimono, de coiffures traditionnelles, mais cela tient plus de la documentation que de l'inspiration. En me documentant pour Izunas, je découvrais constamment de nouvelles choses sur cette magnifique culture.

Récemment, j'ai aussi eu l'occasion de visiter le Japon et voir de mes yeux
tout ce que je n'avais pas vu jusque-là, ou alors représenté par des photos ou
des dessins.

Interview7_defaultbody


Vous êtes-vous inspirée d'expérience(s) vécue(s) pour imaginer des passages de votre bande dessinée ?

C'est une question difficile, pas facile d'y répondre, j'ai vécu beaucoup de belles expériences qui m'ont influencée...

27-Izunas-T1-1_defaultbody

Il y a quelques années, j'ai eu la chance de faire un voyage en Malaisie, qui fut une expérience unique. J'étais terrifiée par des insectes que je n'avais jamais vus jusque-là, mais je restais excitée par cet environnement sauvage. Pour la première fois, je me sentais véritablement libre et en sécurité (sans parler des insectes). J'étais en contact total avec la nature. J'ai marché et nagé dans la jungle, j'ai visité une immense grotte qui servait de repaire à des milliers de chauves-souris qui, en s'envolant dans le ciel, créaient des centaines d'arabesques. Cette image, extrêmement marquante, m'a servie d'inspiration pour la destruction du Munemori, au moment où il disparaît en de multiples fragments dans le ciel.

C'est un voyage que j'aimerais répéter, notamment à cause de la place grandissante d'internet, je voudrais échapper à toute cette technologie qui absorbe mon énergie.

(Par ailleurs, une des expériences les plus incroyables de ma vie a bien sûr été la réalisation de ce livre qui a entraîné son lot d'émotions intenses et qui m'a fait rencontrer nombre de personnes incroyables.)

Tags : Interviews