×
Ignited

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Nick Spencer, à propos de la violence dans les récits

lundi 9 novembre 2015

Bien que vos comics soient extrêmement violents, vous tweetez en faveur du contrôle des armes à feu ou d'autres prises de position non-violentes. Quel lien y'a-t-il entre la violence dans la fiction et la violence réelle ? Quelle est la place de la violence dans l'Art ?

Premièrement, je suis en profond désaccord avec l'argument selon lequel la fiction peut-être responsable de certaines choses qui arrivent dans le monde réel. Lorsque ces choses arrivent, vous trouverez toujours une multitude de gens pour dire que c'est à cause de la TV, des jeux vidéo… Ce n'est pas vrai. Ce n'est pas vrai car en dehors des USA, ce genre de choses arrive extrêmement rarement. En ce moment je vis au Royaume-Uni. Ils ont les mêmes émissions de télévision, les mêmes jeux vidéo, les mêmes films et ainsi de suite ! Cependant, il n'y a pas toutes ces tueries de masse car l'accès aux armes est bien plus difficile. Si la fiction avait réellement cette influence, ces drames seraient bien plus répandus.

Je posais cette question principalement car votre comics Bedlam est extrêmement violent.

Ce qui c'est passé avec Bedlam est assez particulier… Nous allions en publier des extraits en avant-première, plus particulièrement la première scène, celle qui se déroule dans un opéra avec des cadavres d'enfants répandus partout, et où il est clair que l'assassin a tué tout le monde. Nous allions publier cela la semaine de la sortie de Dark Knight Rises car il y a de nombreux parallèles à faire avec le Joker, et que cela semblait être le bon moment. Il y a, évidemment, eu la tuerie d'Aurora… Nous n'avons alors pas publié les extraits, bien sûr. Je n'avais jamais réfléchi à ce livre comme je le fis alors dans ce contexte. Désormais, j'écris en gardant cela en tête. Je pense qu'il y aura des récits violents aussi longtemps qu'il y aura de la violence. A mes yeux, la fiction est le miroir, pas l'image réelle. Confondre les deux est dangereux. Je pense que tout ce que la fiction peut faire est capturer, refléter, réinterpréter, représenter. Elle ne crée rien, elle renvoie seulement un retour de flamme, une image réflexive.


Tags : Interviews