×
Mondes Cachés T3

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

"Le Jour où ça Bascule" : interview de Frederik Peeters

mardi 9 février 2016

Y'a-t-il eu un Jour où ça Bascule qui vous a amené à devenir dessinateur ?


Tous les enfants dessinent et racontent des histoires, et puis ils s'arrêtent. Je ne me suis pas arrêté. Il serait intéressant de réfléchir à ce qui amène la plupart des enfants à arrêter d'être des artistes.


Y'a-t-il eu un Jour où ça Bascule qui a totalement changé votre carrière ?

Oui, certainement la réalisation, puis le succès, de Pilules Bleues, il y a près de 15 ans déjà. Cela a changé ma technique de dessin et d'écriture, et m'a donné confiance en moi. J'ai pu devenir libre et indépendant.


Lisez-vous des auteurs non européens ? Lesquels vous ont inspiré ?

Ma culture est principalement liée à la BD franco-belge. J'ai grandi en lisant Hergé et Mœbius. Puis, j'ai découvert des milliers de choses, venues du monde entier, du fanzine underground au manga à succès international. Mais tout dans la vie nous influence.

Aujourd'hui par exemple, j'ai lu un roman anglais, j'ai cuisiné une soupe, j'ai regardé un film français d'époque, je suis allé à la piscine, j'ai dormi et rêvé un peu, surfé brièvement sur Tumblr et discuté avec ma fille sur divers sujets. Tout ici est source d'inspiration.

Comment avez-vous imaginé les monstres de Koma ?

Tout est parti d'un seul dessin : celui d'une petite fille face à un énorme monstre noir. J'ai modifié par la suite le design de la petite fille, mais jamais celui du monstre qui m'a convenu dès le départ : simple et efficace. Au final ce n'est pas un véritable monstre, cela s'apparente plus à un symbole, une ombre, qui laisse au lecteur la liberté de construire lui-même ses peurs et de ressentir des émotions qui lui sont propres.


Quelle a été votre inspiration pour votre histoire dans Le Jour où ça Bascule ?

C'est une sorte d'interprétation, presque un hommage, à un roman que j'ai lu il y a près de 10 ans, Habitus, par James Flint. Un des personnages est Laïka, qui avait survécu, qui avait muté dans sa capsule et qui de l'espace gardait un œil sur l'humanité. J'ai décidé de la faire revenir sur Terre.

Si Koma faisait l'objet d'un film, qui voudriez-vous voir dans les rôles d'Addidas, son père et le « monstre » ?

Les jeunes acteurs sont la plupart du temps très ennuyant. Addidas devrait être un genre d'équivalent d'Antoine Doinel féminin et jeune. Le genre de gamin qui a complètement disparu. L'idéal serait de pouvoir remonter dans le temps et de choisir un authentique gamin des rues des années 50 à Paris, Londres ou même Liverpool. Plusieurs bons acteurs pourraient jouer le rôle du père. Mais je préférerais un acteur d'époque, comme Jack Lemmon par exemple. Pour le monstre, un beau costume créé par l'équipe qui a travaillé sur Le Labyrinthe de Pan serait parfait.


La suite pour vous ?

Un étrange western publié par Casterman en mars. Je travaille également avec un scénariste sur un conte fantastique contemporain, une histoire de famille remplie de secrets, de peurs et de monstres. Une refléxion sur les anciens mythes et cauchemars européens. Une sorte de Koma moderne et adulte en quelque sorte. Vous pouvez faire un tour sur mon site web pour plus d'information sur mes projets. : frederikpeeters.tumblr.com

Tags : Interviews