×
Carthago

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Ken Chou nous raconte l'incroyable aventure de Daomu

dimanche 15 mai 2016

Ken Chou, vous êtes le dessinateur de Daomu pilleurs de tombes, adapté d'un roman très noir, vendu en Chine à plusieurs millions d'exemplaires : The Daomu Journal. Comment en êtes-vous venu à travailler sur ce projet, dites-nous en plus sur vous ! 

Quand j'étais enfant, mes grand-parents travaillaient pour les pompes
funèbres municipales, j'y ai donc passé beaucoup de temps avec ma famille
pendant mon enfance. Je pense que c'est la raison pour laquelle j'adore les
films et les jeux vidéos d'horreur.

Quand j'ai commencé à travailler sur Daomu, je voulais insérer mes souvenirs dans l'illustration pour la rendre plus crédible pour le lecteur. D'une certaine façon, Kennedy et moi, sommes pareils, il adore les histoires d'horreur et il est même très doué pour en créer. Quand j'ai lu pour la première fois son livre, j'ai eu une expérience visuelle très intense. Ça a réveillé mes souvenirs en moi. Je l'ai contacté en tant que fan la première fois puis nous sommes devenus amis. 

Parallèlement à cette rencontre, j'ai trouvé du travail au sein du studio de jeux vidéos Concept Art House. Quand avec Kennedy, nous avons décidé d'adapter le roman en bande dessinée, c'est naturellement vers eux que nous nous sommes tournés. Daomu est ma première bande dessinée.

Daomu-1_defaultbody

Le pillage de tombes semble être pris très au sérieux en Chine. Que connaissiez-vous du sujet avant de travailler sur ce livre ?

Je ne savais pas grand chose sur les pilleurs de tombes. J'ai bien sûr lu les deux romans les plus connus qui en parlent : The Daomu Journal et Chui Chui Deng. Les deux ouvrages sont d'ailleurs très différents. Chui Chui Deng est plus traditionnel. Il est assez compliqué à comprendre pour ceux qui ne sont pas fins connaisseurs de la culture chinoise. The Daomu Journal est centré sur les tourments des personnages, le mystère qui pèse sur l'aventure et l'identité de chacun. Kennedy a écrit ce livre avec un effet très visuel, ce qui est très arrangeant pour l'artiste quand il s'agit de donner vie à l'histoire.

L'histoire se déroule dans le monde sous terrain où il fait très sombre, comment avez-vous géré cette difficulté ?

Je me suis inspiré de nombreux films, jeux vidéos ... Mais, parfois, l'ombre, ça aide aussi à créer de la peur et ça m'a aussi permis de gagner du temps. Vous savez, toutes les choses que je ne voulais pas dessiner, je les ai mises dans l'ombre (rires). 

Daomu-2_defaultbody

Comment s'est déroulé la collaboration avec Kennedy Xu et Colin Johnson ? 

Ils m'ont laissé donner libre cours à ma créativité tant que mes designs correspondaient à l'histoire et au style. Au début on a recherché des films et jeux vidéo devant servir de références : Indiana Jones, Tomb Rider, Uncharted, The Cave, The Mummy. Nous voulions créer un livre avec un effet de cadrage très fort, pour que le lecteur ait l'impression d'être en train de regarder un film. Au début de ce projet, nous savions que nous aurions l'opportunité de publier sur le marché américain. Colin nous a donné beaucoup de conseils pour adapter l'histoire aux goûts d'un lecteur américain.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Sur un deuxième projet de bande dessinée ! C'est une histoire fantastique très particulière. J'ai presque fini la mise en page du premier volume. J'espère qu'un jour il sera traduit en français !


Tags : Interviews