×
Aigle T1

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Interview de Saverio Tenuta, scénariste de la série Izunas

lundi 28 novembre 2016

À l'occasion de la sortie du troisième tome d'Izunas, le scénariste Saverio Tenuta  revient sur sa fascination pour le pays du soleil levant.

On avait déjà noté des références à Miyazaki dans les tomes précédents, c'est encore le cas ici. Quels sont les éléments qui vous inspirent le plus dans l'univers des studios Ghibli ?

24_IZUNAS_T3_defaultbody

Je crois que l'univers de Miyazaki est une grande source d'inspiration pour beaucoup d'auteurs, pas seulement pour moi. Mais il est vrai que dans mon cas, la référence à Miyazaki est évidente. Il suffit de regarder l'allure des Izunas qui ressemblent beaucoup aux grands loups de Princesse Mononoke. Mais cette source d'inspiration a été surtout présente au début, quand j'ai réalisé La Légende des nuées écarlates. Aujourd'hui, je pense avoir suffisamment caractérisé ces personnages pour qu'ils se dissocient de la référence initiale. 

Actuellement, je m'inspire d'autres sources telles que l'écrivain Takashi Matsuoka, les films d'Akira Kurosawa, les légendes du folklore japonais et bien sûr aussi le Kojiki (le plus ancien document littéraire qui raconte les origines du Japon). On retrouve également ces références dans Princesse Mononoke ou Le Voyage de Chihiro, ce qui rend l'association entre mes livres et l'œuvre de Miyazaki inévitable.

On reconnaît de nombreuses références à la religion Shinto dans la Légende et Izunas. Quels éléments vous touchent particulièrement dans ce courant ? 

Comme je l'expliquais, le Kojiki est l'une de mes principales sources d'inspiration. C'est un texte à la base du shintoïsme, car il raconte les origines mythologiques du Japon et de ses divinités, les Kami, et en quoi elles sont liées à la lignée impériale.

01_IZUNAS_T3_defaultbody

En deux mots, le Kojiki décrit l'origine divine de l'empereur, ce qui est déjà fascinant en soi car encore aujourd'hui l'empereur du Japon est pratiquement considéré comme un dieu. Le pouvoir du shōgun (le chef administratif - voir notre dossier sur la hiérarchie militaire) est de nature purement politico-militaire et son vieux conflit avec l'empereur est souvent utilisé pour symboliser le conflit entre les Kami (la nature) et les hommes. Un conflit dans lequel il n'y a pas de distinction nette entre le bien et le mal comme dans la vision classique occidentale à tendance catholique. C'est toute cette ambiguïté qui me fascine.

Lors de vos visites au Japon, avez-vous été marqué par certains lieux ?

Cela m'émeut toujours beaucoup d'aller au Japon et d'y admirer les temples et leurs sanctuaires, en particulier pendant les jours fériés où l'esprit shintoïste et la présence des Kami est presque tangible.

Ce n'est pas un délire né de mon imagination, ni même un scoop que de dire que dans le parc de la ville de Nara, qui abrite de nombreux temples, il y a des cerfs qui viennent vous demander un biscuit en vous saluant. Dans les journaux on lit des faits divers liés aux fantômes qui hantent encore les sanctuaires. Même une simple pierre ou un tronc d'arbre pourrait cacher la présence d'un esprit ou d'une divinité...


Tags : Interviews