×
7VIESJodo

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Kennedy Xu, auteur de Daomu Journal

lundi 9 mai 2016

À l'occasion de la parution de Daomu Pilleurs de Tombes T1, nous avons rencontré l'écrivain chinois Kennedy Xu, auteur du roman best-seller Daomu Journal dont s'inspire cette nouvelle série.

Que faisiez-vous avant d'écrire des histoires et quel a été l'élément déclencheur qui vous a poussé à devenir écrivain ?

J'étais ingénieur informatique. J'étais doué pour le code et je pensais me dédier à cela toute ma vie. Avant de publier Daomu Journal, j'ai lancé une entreprise de commerce extérieur. J'avais l'espoir de trouver un épanouissement social qui me manquait cruellement dans la programmation informatique où l'on travaille en total autonomie. C'est un métier de solitaire et j'avais envie d'autre chose : échanger avec les clients, rencontrer de nouvelles personnes... Je me suis vite rendu compte que même en gérant ma propre entreprise, je n'étais pas fait pour la "communication". J'aimais faire les choses par moi-même et comme je ne voulais plus programmer, je me suis mis à l'écriture. J'ai repris mes notes gribouillées dans l'enfance et je les ai retravaillées. J'ai créé mon propre univers soulageant ainsi ma solitude professionnelle ! Cet exercice m'a en quelque sorte permis d'échapper à la réalité et de trouver l'apaisement. Par la suite, les gens ont démontré un certain intérêt pour mon travail et cela m'a poussé à continuer.

Pourquoi vous êtes vous spécifiquement penché sur les histoires d'horreur et sur les pilleurs de tombes ?

Ce genre d'histoire est gardé secret en Chine. Les parents et grands-parents ne parlent jamais de la mort aux enfants et ne les laissent pas non plus y faire face. J'étais un enfant très curieux. Toujours à essayer d'en savoir plus sur les choses interdites. Le fantasme qui entoure la mort et la peur qu'elle suscite font aujourd'hui partie des choses qui m'intéressent le plus. 

Vous êtes né dans la région du Jiashan, est-ce un endroit où beaucoup de trésors sont enfouis ?

Le Jiashan, dans le sud de la Chine, est une région assez riche. Elle produit depuis des milliers d'années des tuiles, considérées d'ailleurs comme les meilleures du pays. Les habitants doivent creuser très profond pour trouver l'argile qui constitue ces tuiles et donc en conséquence on trouve sous terre de nombreux vestiges historiques. C'est aussi dans l'une des villes de la région, qu'a été tourné le film Mission Impossible 3. Traversée par d'innombrables ponts et rivières, les bâtiments semblent flotter. C'est très romantique et féérique ! J'y puise mon inspiration.

On vous surnomme le "Stephen king chinois", que pensez-vous de ce statut ?

J'adore Stephen King. C'est un écrivain complet, capable de naviguer dans plusieurs styles d'écriture. Je ne pense pas que beaucoup de gens m'appellent le Stephen King chinois en Chine. Il me reste un bon bout de chemin avant de devenir un écrivain à sa hauteur.

Est-il vrai que des pilleurs de tombes vous ont contacté suite à la parution du premier tome de Daomu Journal ?

J'ai en effet eu quelques conversations avec eux, mais pas en personne, seulement sur internet. Je ne sais pas qui ils sont réellement ni même s'ils sont de vrais pilleurs mais ils m'ont corrigé sur quelques points dans le livre. Peut être se moquaient-ils juste de moi ? Ce qui est certain en tout cas c'est qu'il existeda beaucoup de pilleurs en Chine. C'est un crime grave puni sévèrement par la loi car c'est considéré comme de la destruction de l'héritage historique.

Comment s'est déroulé l'adaptation de votre roman en bande dessinée ?

J'ai apporté toute l'aide que j'ai pu. Je connaissais déjà Ken Chou et nous étions très amis. Quand j'ai commencé à écrire, il était là pour illustrer chaque scène de l'histoire. Je lui donnais l'idée principale, puis il me posait plusieurs questions et enfin il commençait la mise en page. On a tous les deux travaillé dur pour que cette bande dessinée soit aussi visuelle qu'un film. On voulait que chaque lecteur, où qu'il soit dans le monde, se reconnaisse dans l'atmosphère visuelle. 


Tags : Interviews

Les autres sorties de début mai !

vendredi 6 mai 2016

Après la nouveauté Daomu Pilleurs de Tombes T1, découvrez les autres sorties de ce début de mois !

Five Weapons T4 vient clôturer les aventures de Tyler Shainline, l'apprenti assassin.

Des rééditions d'œuvres phares sont également prévues le même jour :

- Les Technopères intégrale T1 à T4 : la saga de science-fiction revient dans une nouvelle édition intégrale en 2 parties à 35€ le volume.

Avant l'Incal T1 et T2 : le préquel à l'Incal revient dans une nouvelle édition.

Tags : Parutions

Daomu Pilleurs de Tombes, en librairie !

mercredi 4 mai 2016

Daomu Pilleurs de Tombes T1, l'adaptation du roman best-seller de l'auteur chinois Kennedy Xu, est en librairie !

Plongez dans les souterrains des montagnes millénaires de Chine, où sont cachés les trésors les plus convoités du pays, mais aussi des horreurs et chimères faisant écho aux légendes et superstitions traditionnelles chinoises...

Pas de temps mort pour ce récit claustrophobique dont le deuxième et dernier tome est prévu pour septembre !

Découvrez le trailer vidéo de ce premier volume !

Daomu-T1_Couv_defaultbody


Tags : Parutions

Philippe Scoffoni nous livre ses secrets de fabrication pour Exo

mardi 3 mai 2016

P-Scoffoni_1_defaultbody

Comment travaillez-vous avec Jerry Frissen ? Pouvez-vous nous en dire plus sur la genèse du projet ?

Nous nous sommes rencontré par internet et c'est ainsi que nous communiquons, lui aux Etats-Unis, moi en France. J'avais lu et adoré son travail dans Lucha Libre. C'est un excellent dialoguiste. Nous nous sommes trouvé des intérêts communs, un goût pour la poésie de l'espace et pour notre satellite.

L'idée de départ était de situer une partie de l'histoire sur la Lune. Jerry m'a proposé un scénario sur lequel nous avons échangé pendant une année. Le travail de réécriture peut parfois prendre du temps mais il est nécessaire pour éviter les incohérences. Jerry parvient sans cesse à proposer de nouvelles solutions sans perdre le fil, ce qui sous-tend l'histoire. Bruno Lecigne a été précieux lui aussi pour arriver au script définitif. Avec Exo, Jerry réussit à mener cette histoire comme un thriller d'action, avec une alternance de scènes dans l'espace et sur Terre. Par sa thématique extra-terrestre cela reste évidemment une histoire de SF mais Jerry sait bousculer les codes classiques du genre avec une ironie très personnelle.


Quelles sont vos références en matière de science fiction ?

Pendant la préparation du scénario qui a du s'étaler sur un an j'ai vu ou revu beaucoup de films de SF des années 60 à aujourd'hui. Cela n'a pas été une contrainte, au contraire. La science-fiction est un de mes genres cinématographiques de prédilection. Même si les réussites totales restent rares, j'y trouve souvent matière à rêver.

Comme films formateurs découverts à l'adolescence il y a eu 2001 et Blade runner. Ensuite viendront pêle-mêle : Rencontres du troisième type,  Alien, Abyss, Bienvenue à Gattaca, Cloverfield, Mission to Mars, Solaris, Minority Report, AI, I robot, Sunshine, Moon, District 9, Avatar, Promethéus ou Gravity. J'ai aussi envie de citer Akira d'Otomo dont j'ai vu le film d'animation fin des années 80 en import non sous-titré. Je n'ai évidemment rien compris à l'histoire en japonais mais ce fut un vrai choc visuel !

En bande dessinée, Les séries SF de Moebius, comme l'Incal et Les jardins d'Edena restent une référence mais pas une source d'inspiration directe pour mon travail sur Exo, beaucoup plus ancré dans le réel. Dans les années 2000, j'ai beaucoup aimé la série Lupus de Frédéric Peeters qui mêle l'intime à la SF. J'ai lu peu de romans dans ce genre, quelques incontournables comme la saga Hypérion de Dan Simmons. Mais globalement j'associe plus ce genre à une expression visuelle.

Dans Exo, il y a des intérieurs de station spatiale, des combinaisons, des véhicules et des vaisseaux d'astronautes. Comment vous êtes-vous documenté pour créer cet univers?

J'ai découvert pour la préparation d'Exo, l'extraordinaire série produite par Tom Hanks, De la Terre à la Lune, qui raconte toute l'épopée des missions Apollo, avec un angle différent par épisode.

J'ai aussi beaucoup puisé dans le réel... par le filtre d'internet bien sûr. Les vidéos de la Nasa ont été une très bonne source de documentation ! Notre histoire se situant dans un avenir proche, j'ai extrapolé à partir de technologies déjà existantes.  J'ai enrichi mes dessins en regardant aussi le travail de design de film de SF récents comme Prométhéus ou Elysium. Deux déceptions au niveau scénaristique mais très riches visuellement.

Pour l'anecdote, pour faire des repérages de maison à Los Angles Jerry qui habite sur place a été d'une aide précieuse. J'ai pu choisir la maison de John ,le scientifique de l'histoire, sur une photo et en explorer les abords sur google street. Cet été je compte bien profiter de mes vacances en Californie pour me rendre dans cette rue. J'aurais peut-être en voyant la maison, la sensation d'entrer dans notre fiction !

Qu'est ce que vous avez préféré dessiner dans ce premier tome ?

Le rover lunaire. Les photographies de ce rover sur le sol lunaire sont tellement belles que c'était un plaisir pour moi de les reprendre à mon compte. De pouvoir animer ce véhicule endormi et l'intégrer à notre histoire.

Image-exo_defaultbody

Les couleurs sont particulièrement flashy. Pourquoi ce choix ? 

Sur ma précédente série Milo des couleurs assez désaturées correspondaient bien à l'aspect polar de l'histoire. Sur EXO j'ai essayé d'avoir une palette plus fraîche, plus clinquante.  Je sentais qu'il fallait que j'explore des gammes de couleurs plus affirmées, même si ma recherche reste celle de l'harmonie.

L'outil informatique permet cette recherche. On peut essayer des harmonies différentes de façon très rapide. Dans une mise en couleur je passe la moitié du temps  à colorier l'image, l'autre à effectuer des réglages de couleur, de saturation et de contraste. Le principe pour ne pas se perdre avec cette outil et d'avoir une idée globale de ce vers quoi on tend. Un projet esthétique en quelque sorte.

Personnellement, croyez-vous en la vie extraterrestre ?

Ce n'est pas de l'ordre de la croyance. Je crois que que la communauté scientifique n'a pas trop de doute sur la présence de vie dans l'Univers. Et de façon très probable dans notre système solaire. Certaines lunes de Saturne ou de Jupiter devraient, en toute probabilité, en renfermer.

Les prochaines années devraient nous apporter les preuves de vie que nous cherchons. Il est encore temps d'écrire des histoires sur le sujet avant que la réalité ne nous rattrappe. Je suis plus curieux de connaître la réaction de l'espèce humaine à cette découverte que la découverte elle-même. Au fond je ne pense pas que cela bouleversera l'Humanité. Elle sera toujours partagée entre sa capacité d'empathie et sa préférence pour ses semblables.

Tags : Interviews