×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

Humbug, enfin - suite

jeudi 28 janvier 2010 par "Jean-Pierre Dionnet "

Ils étaient devenus comme un vieux couple, d’accord sur tout au fil du temps, ils pensaient tous avoir raison, ensemble, contre le monde entier.

Ils voulaient faire quelque chose de plus sophistiqué que Mad et même que Trump, retrouver quelque chose de l’humour intellectuel qu’il y avait dans les « Colleges Magazine », en gros dans le Harvard Lampoon qui allait devenir le National Lampoon. 
Mais ils arrivèrent encore trop tôt.

Arnold Roth était devenu l’autre chef avec Harvey et ce dès Trump.

Ils bouffaient ensemble, rigolaient ensemble, vivaient presque ensemble. Ils étaient revenus au format comic book de Mad.

Ils vendaient Trump pour un prix ridicule, quinze cents, alors que la plupart des magazines était à vingt-cinq cents, (les seuls qui pouvaient se permettre de vendre pour un prix aussi bas étaient ceux qui vendaient des tonnes et qui avaient de la pub, comme Life). Même « Playboy » coûtait beaucoup plus cher.
Ils étaient presque au prix d’un comic book ordinaire, qui à l’époque coûtait dix cents.

Alors il se passa quelque chose qui s’est passé un grand nombre de fois en ce qui concerne de nouveaux magazines pas conformes à la norme : les distributeurs ne surent pas quoi en faire.  Ce n’était pas un comics malgré son format, ce n’était pas un magazine à cause de son format.
Ca ne marcha pas.

Ce qu’il y avait de bien dans Mad, c’était les parodies systématiques qui faisaient toujours entre six et huit pages et ce qu’il y avait de nouveau dans Humbug, c’est que tout était possible, comme dans un vrai magazine. 

Comme ils n’avaient pas de budget pour la couleur, ils choisirent la bichromie qui était fort à la mode (c’était le temps de « Selection du Reader’s Digest » où les plus grands illustrateurs américains qui travaillaient aussi pour le Saturday Evening Post en couleurs, faisaient de la bichromie : « Selection » vendait cinq millions d’exemplaires en Amérique).

Leur utilisation de la bichro était magnifique mais elle dûe éloigner par son minimalisme ceux qui étaient habitués aux magazines et aux comics en couleurs.

Et au lieu d’en rester à la parodie des genres populaires comme dans Mad, ils s’attaquèrent à la politique, ou aux classiques de la littérature.

Ce fut aussi un magazine qui, avant tous les autres, critiqua « l’american way of life » avec un brio inégalable.
Mais là aussi il venait trop tôt.

 

Dès le 1 de Humbug, le voyant d’alarme s’alluma.

Humbug1-couvendworld_defaultbody
 

La suite demain.