×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

This is England - 4ème partie

lundi 24 mai 2010 par "Jean-Pierre Dionnet "

Dans la deuxième saison de « Torchwood », il y a une mère de famille qui se transforme en machine à tuer, un soldat de la guerre de 14 qui surgit dans notre présent et doit repartir aussi sec pour arrêter la fuite temporelle qui pourrait faire surgir la guerre de 14 parmi nous, il y a des extraterrestres qu’on vend sous forme de hamburgers et des tas d’autres choses saugrenues encore.

Et la troisième saison est une grande histoire développée tout au long des épisodes, il y a plus de budget puisqu’apparemment la série marche bien et elle est totalement sidérante.

Ca fait un peu penser, obsession très anglaise, au livre de Wyndham et au film de Wolf Rilla, « Le Village des damnés », les enfants des écoles anglaises n’ont soudain plus rien d’humains : ils se mettent tous à crier ensemble d’une seule voix et disent qu’ils vont revenir.

Ce sont des extraterrestres qui parlent par leurs bouches et qui effectivement reviennent.
Car ils sont déjà venus il y a longtemps dans le plus grand secret et ont emporté quelques enfants, mais cette fois-ci ça ne rigole pas, ils veulent dix pour cent des enfants de l’humanité entière, sinon ils vont tout casser.

Le gouvernement anglais, un peu embêté de devoir négocier sur un sujet aussi épineux, essaye de dégager sa responsabilité et envoie pour se couvrir et pour négocier avec les monstres extraterrestres qui se sont fait installer un appartement spécial, irrespirable pour nous, à l’intérieur d’une bâtisse anonyme qu’ils ont choisie, un pauvre fonctionnaire qui tout d’un coup est seul face à eux.

Les autres gouvernements du monde forcément mis au courant envoient des seconds couteaux, car là aussi les chefs ne veulent pas se mouiller pour participer à la négociation et décident en accord avec les anglais, de continuer de laisser la négociation aux mains dudit fonctionnaire.

Il va donc falloir leur donner un enfant sur dix et on ne pourra pas choisir lequel, dans un premier temps on avait bien pensé leur donner les plus déshérités, mais ils veulent sélectionner dans tous les milieux y compris chez les grands de ce monde, et pire que tout, on va très vite comprendre ce qu’ils font avec les enfants en question puisqu’ils ont parmi eux un des premiers qu’ils ont emmené : il est toujours en vie, émacié, transformé en un petit monstre les yeux écarquillés de peur car nos monstres mutants genre « Alien » ont découvert qu’avec de l’enfant humain, on pouvait faire la meilleure dope de la galaxie.

Je ne vous raconterai pas la suite.

La prochaine fois si vous êtes sages, je vous parlerai des séries sérieuses de la BBC, de la suite peut-être si elle est sortie de « Life of Mars » que j’attends avec un peu d’appréhension car il était impossible apparemment de continuer après le final des deux saisons, mais ils ont semble-t-il trouvé une astuce pour continuer : j’espère que ça fonctionnera puisque pour moi « Life of Mars » c’est aussi beau que « Le Prisonnier ».

Attention, fuyez le remake américain qui existe et qui n’a aucun intérêt.

Ne me demandez pas sur quelle chaîne passe tout cela car je n’en sais rien, les programmes télé étant devenus pour moi un casse-tête absolu, je ne regarde jamais les séries à la télé surtout parce qu’elles sont souvent en VF et j’attends les saisons entières pour me faire des nuits blanches qui sont, en ce moment, ce qu’il y a de plus exaltant dans ma vie.

Les séries télé, je dois le reconnaitre, ont pris autant d’importance pour moi aujourd’hui dans ma vie et m’ont rendu aussi accroc qu’à un moment le comic book, le polar ou la science fiction.
Je ne peux plus m’en passer.

En attendant comme tout vrai dépendant, sur la dizaine de séries que je suis, entre l’Amérique et l’Angleterre, je me languis, parfois j’essaye d’autres séries en sachant que je ne serais pas comblé et deux ou trois fois par an, car tout cela sort souvent en même temps, je me fais des virées sauvages dans cet imaginaire collectif qui sont d’extraordinaires vacances mentales et aussi une formidable médication contre la mélancolie, car dans presque toutes ces séries les personnages ont tellement d’ennuis que les miens, j’en ai comme tout le monde, me paraissent bien ridicules en regard.

Mon conseil si vous êtes aux antidépresseurs, arrêtez et passez aux séries télé, le résultat risque d’être le même mais il n’y a pas de contre-indications à long terme.

Seul défaut, je le confirme,

qui est le même que celui des drogues qui finissent par être le centre de votre vie alors qu’au départ elles sont récréatives, vous ne pensez plus qu’à ça et dès que vous en avez, vous pensez au manque qui va suivre, forcément.

Je ne sais donc pas si je vous donne ici un bon conseil, mais d’un autre côté je sais bien que la plupart d’entre vous ne m’ont pas attendu pour s’y mettre.

Dvd1-1_defaultbody

Dvd1_defaultbody

Acheter sur Amazon saison 3

 

 

Commentaires (1)