×
L'Ange du Bizarre - le blog de Jean-Pierre Dionnet

Liste des billets

BURN NOTICE

mardi 17 août 2010 par "Jean-Pierre Dionnet "

                          Dionnet1_defaultbody

Je viens de voir la troisième saison de « Burn Notice » qui est décidément une des meilleures séries actuelles, même si ça fléchit un peu pendant la troisième saison.

 

Les bons côtés : la mère que j’ai trouvé particulièrement antipathique, s’avère être un être humain véritable et participe même à quelques actions où elle aura un rôle déterminant. Et puis une ordure de la saison 2 revient, un marchand d’armes, qui en plus n’hésite pas à pratiquer le kidnapping d’enfant, il en prendra pour son grade.

 

Ceci n’est pas très important car cette série est un miracle.

 

Le problème des séries télé c’est qu’elles sont devenues sérieuses et que désormais, les bonnes commes les mauvaises, nous parlent de l’état du monde et en quelque sorte et en nous distrayant, veulent aussi nous faire réfléchir.

 

« Burn Notice » est plutôt, même si les sujets sont évidemment graves : meurtres, kidnappings, enfer de la drogue et toutes ces sortes de choses, traité de manière extrêmement légère, on est plutôt du côté d’ « Amicalement Vôtre ».

 

A cause surtout, à part la mère abusive épatante, des trois personnages principaux : l’espion « brûlé » qui est assigné à Miami sans ressources, sans cartes de crédit et sans possibilité de trouver du travail, c’est Jeffrey Donovan, il a une bonne tête mais il n’est pas beau, il se croit beau et c’est parfait, la tueuse qui a eu un passé difficile (elle vient d’Irlande et elle ne veut pas y retourner et d’ailleurs il y aura l’Irlande qui viendra à elle dans la saison 3) c’est Gabrielle Anwar. Elle est un peu tapée mais elle a un charme fou, et surtout elle n’a qu’une solution, si quelqu’un s’oppose à elle ou la contrarie : le tuer, ce qui est la solution la plus évidente mais pas toujours la plus efficace. Et puis dans le trio il y a celui qui a balancé Jeffrey au départ mais qui est devenu son ami, le merveilleux Bruce Campbell qu’aucun amateur de « Evil Dead » et autres films de Sam Raimi n’a oublié, et qui est éblouissant de charisme et de brio avec son côté fragilisé, vieilli, et en même temps fort et solide.

 

L’histoire est simple, quand on ne peut plus rien faire, qu’on n’a plus le droit de quitter la ville, quand on ne peut pas être réintégré dans l’espionnage officiel pour des raisons qui tiennent de « Le Prisonnier » : une succession kafkaïenne d’évènements où il est impossible de savoir qui a manipulé qui, il leur reste plus qu’à faire le « Robin des Bois » pour les gens du quartier.

 

Ca fait de petites affaires ou des trucs énormes, on peut se retrouver face à des anciens de l’armée russe formant un gang particulièrement efficace d’anciens spetsnazs, mais la tueuse terrorise l’ancien des Navy Seal Campbell et notre espion d’élite peuvent vous régler ça en trois coup de cuillères à pot et avec beaucoup d’humour.

 

J’adore cette série qui signifie ici peut-être, il serait temps, que nous n’aurons plus à choisir désormais entre les séries d’humour drôles et les séries d’espionnage denses et noires, mais qu’il y a peut-être un chemin moyen qu’il faudra bien un de ces jours retrouver.

 

A noter que pour les acteurs c’est formidable. Pour Bruce Campbell qui méritait de revenir et qui bande encore, pour Jeffrey Donovan car entre « Blair Witch 2 » et autres bis et la série « Le Caméléon » il revient de loin ou plutôt arrive enfin.

 

Quant à Gabrielle Anwar, ce n’est un secret bien gardé que pour les français car en Amérique elle n’a pas arrêté de travailler, soit comme actrice dans des séries télé et ce depuis le début des années 90, en Angleterre certes mais aussi en Italie (voir une récente version de « Les Mystères de la Jungle Noire » d’après Salgari) ou elle était très bien au cinéma dans « Dernières Heures à Denver ». Elle a joué dans d’innombrables suites de suites, que ce soit « Les Trois Mousquetaires » ou un remake télé encore de « L’Ile Mystérieuse », elle est remarquable dans « Les Tudor » qui est sorti en même temps que « Burn Notice », une bonne occasion pour découvrir cette actrice belle mais pas trop : je l’adore.