×
Aigle T1

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

"Le Jour où ça Bascule" : interview de Bob Fingerman

jeudi 11 février 2016

Y'a-t-il eu un Jour où ça Bascule qui vous a amené à devenir
dessinateur ?

Le jour où j'ai découvert la possibilité de dessiner, je suppose. Crayon, stylo… Du moment que ça dessine. Je pense que j'ai été programmé pour dessiner. Bien que je ne l'ai jamais connu (il est mort bien avant ma naissance), mon grand-père était un artiste. La sœur de ma mère l'était également.


Comment avez-vous réagi lorsqu'il vous a été proposé de participer à ce livre et lors de la découverte de la liste des autres auteurs ?

Honnêtement, j'ai tout d'abord été très flatté et heureux, puis dans un
deuxième temps, il m'a fallu un temps de réflexion pour comprendre le concept du livre avant que je ne puisse trouver une idée adéquate. Une fois mon sujet
mieux cerné, le reste de l'écriture s'est fait naturellement.


Lisez-vous des auteurs non américains ? Lesquels vous ont inspiré ?

Je lis principalement des ouvrages d'auteurs européens. Mœbius, De Crécy, Caza, Tardi, Boucq, Bilal, Hergé, Margerin, Clerc, Chaland, tous sont des inspirations. Plus récemment, j'ai aussi découvert Stan & Vince, Miguelanxo Prado ou encore Julien/CDM par exemple.


Que pensez-vous du fait que votre série Minimum Wage s'exporte et
soit traduite dans d'autres langues tel que le français ?

Cela a toujours été mon but de pénétrer le marché de la bande dessinée française. Lorsque vous m'avez demandé quels auteurs m'inspirent le plus, la plupart sont français. Et être publié par Les Humanoïdes Associés, une maison d'édition à la si longue histoire, est très excitant.


Quel a été le processus de création de votre histoire pour Le Jour où ça Bascule ?

J'ai voulu créer une histoire à partir de thèmes que j'aime. Écrire une
histoire telle que la mienne, c'est comme écrire une blague, donc je travaille en
commençant par le début, puis je pars ensuite de la fin.


Y'a-t-il une vie après la mort ?

Vous posez la question à un athéiste convaincu, donc ma réponse est non, sans appel. Mais c'est un thème plaisant à exploiter.


La suite pour vous ?

Si seulement je le savais ! Je teste de nouvelles idées, plus orientées vers des récits de genre. Peut-être un récit plus long, avec l'enfer pour cadre. Peut-être une comédie barbare. Je ne sais pas. J'apprécie de pouvoir avoir l'embarras du choix !

Tags : Interviews