×
Arzach

Le Blog des Humanos

HU-1000px_1_boximage

Des infos sur l'actualité des Humanoïdes Associés.

Liste des billets

Seul Survivant : un huis-clos réalisé avec brio par Jorge Miguel

lundi 28 mars 2016

Comment avez-vous été amené à travailler sur ce projet ?

Je venais de finir le one shot Arène des Balkans lorsque l'éditeur Bruno Lecigne m'a proposé de travailler sur un projet au graphisme similaire. L'histoire exigeait un dessin réaliste. Le scénario bien construit, les dialogues très naturels et l'intrigue prenante d'un garçon ordinaire qui se métamorphose sous le poids des événements, m'ont beaucoup plu !


La plupart de l'intrigue se déroule en huit-clos, comment avez-vous géré cette difficulté ?

Ah oui ça n'a pas été simple ! L'histoire se déroule à l'intérieur d'un avion et
plus précisément dans la partie réservée aux premières classes. Si tôt après
avoir terminé la lecture du script, j'ai pensé « Cela ferait une excellente pièce de théâtre ! ». En même temps certains passages nécessitent de bons effets spéciaux. Je pense que c'est l'aspect à la fois théâtral et cinématographique de cette bande dessinée qui rend l'histoire aussi prenante.

Alors comment donner du mouvement et du cinéma alors qu'on n'est ni dans un film ni dans une pièce de théâtre ? J'ai eu recours a différentes astuces :
varier les plans, les angles de l'appareil et sortir du découpage classique. Le plus dur a  été de placer autant de personnages et de dialogues dans des espaces aussi restreints. Le placement des bulles a parfois été un véritable casse-tête !


Justement, comment avez-vous travaillé sur la représentation de l'avion ?

J'ai fait beaucoup de recherches car j'avais peu d'expérience sur le sujet. Paradoxalement, j'ai très peu utilisé les documents officiels du site Boeing. Je me suis plutôt appuyé sur des photos prises par des passagers à bord de 737. Ces sources ont l'avantage d'être inédites et de renseigner pleins de petits détails.

La petite anedcote amusante à ce propos c'est que ce n'est qu'une fois l'album terminé que j'ai eu l'occasion de voyager dans un 737. L'intérieur de l'appareil m'a paru plus petit que je ne l'avais imaginé et on a eu pas mal de turbulences. J'ai aussitôt pensé à l'angoisse et à la terreur qu'auraient pu éprouver les personnages du récit.

45_defaultbody

Est-ce différent de travailler avec des scénaristes de cinéma ?

Non pas du tout. Cela a été très naturel de travailler avec Thomas et Christophe. Le fait qu'ils travaillent dans le cinéma n'a causé aucune difficulté. Bien sûr il a fallu parfois redécouper l'action. J'ai effectué selon les cas des dédoublements ou des fusions de certaines cases mais comme avec n'importe quel scénariste !


Quelles techniques de dessin avez-vous utilisé ?

Depuis un peu plus d'un an, je dessine directement sur une Wacom Cintiq. Néanmoins j'ai toujours près de moi un crayon 4B et du papier sur lequel je crayonne des esquisses de test. Surtout pour les expressions des personnages et pour vérifier le dynamisme et la composition de chaque case. Dans le cas du pré-découpage, je trouve encore plus pratique de tout planifier à la main et sur papier avec un Bic. C'est un outil très versatile que certains maitres comme Raymond Poivet ont beaucoup utilisé.


Le scénario catastrophe que vous redoutez le plus ?

Je n'ai pas vraiment de phobie des catastrophes et c'est tant mieux ! Au Portugal, je vis dans une région proche d'une faille sismique qui a été maintes fois secouée par des tremblements de terre et par les tsunamis qui en découlent … Mais je viens de regarder par la fenêtre et ... à l'ouest rien de nouveau.


Quels sont vos travaux en cours ? Vos futurs projets ?

Je travaille sur un projet en deux tomes sur un scénario d'Eric Corbeyran d'après un texte de Julia Verlanger. C'est une oeuvre de science-fiction, un genre auquel je n'avais pas encore touché et qui se trouve être le défi que j'attendais.

Jorge-Miguel-5_defaultbody


Tags : Interviews